DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il y a 10 ans débutait la guerre en Ossétie du Sud

Vous lisez :

Il y a 10 ans débutait la guerre en Ossétie du Sud

Il y a 10 ans débutait la guerre en Ossétie du Sud
Taille du texte Aa Aa

Un panneau et des barbelés pour matérialiser une frontière bien surveillée et toujours contestée. Dans la république séparatiste d’Ossétie du Sud, la guerre d’août 2008 entre la Géorgie et la Russie pour le contrôle de ce territoire de moins de 4 000 km², a piégé certains habitants. D’autres Géorgiens qui peuplaient cette république rebelle n’ont eut d’autres choix que de partir et se regrouper dans des villages de réfugiés. Ils seraient au moins 18 000. A l'instar de Gennady Zaridze qui souhaite ardemment la paix : "Faisons en sorte que ce soient comme avant la guerre entre les Ossètes et les Géorgiens. Réconcilions nous et traitons nous en frères. J’ai beaucoup d’ossètes dans ma belle-famille et parmi mes amis"

Un vœu pieu semble-t’il, tant les villages de réfugiés se sont ancrés dans le territoire en 10 ans. Les Nations Unies ont multiplié les résolutions pour appeler au retour des réfugiés chez eux, sans succès auprès d’une Russie devenue maîtresse en Ossétie du Sud.

A Tbilissi, l'ère Saakachvili alissé place à un nouveau président, Giorgi Margvelashvili. Il reste déterminé à ce que la province revienne dans le giron géorgien, tout comme l'Abkhazie.

"Il ne faut absolument pas que l’on perde espoir parce que c’est précisément ce que cherche la propagande russe en nous disant “quoi que vous fassiez, c’est à Moscou que se décide votre avenir.” A cela, moi je réponds : ce n’est pas comme ça que ça se passe", affirme t'il.

Il y a 10 ans, la guerre express en Ossétie du Sud avait duré 6 jours et fait plus de 800 morts de part et d’autres. La Russie n’avait pas toléré la tentative de reprise en main par Tbilissi de cette province de facto indépendante.

En 2016, la cour pénale internationale a ouvert une enquête pour établir les responsabilité des différents acteurs.