DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Malaise : les "papys metalleux" étaient des malades mentaux

Vous lisez:

Malaise : les "papys metalleux" étaient des malades mentaux

Malaise : les "papys metalleux" étaient des malades mentaux
Taille du texte Aa Aa

Une banale note de police a mené la presse du monde entier à construire une histoire de toute pièce. Celle de deux papys allemands s'échappant de leur maison de retraite pour assister au Wacken Open Air, le plus grand festival de Heavy Metal la planète.

Les vieillards, supposément arrêtés par la police vendredi 3 août et embarqués de force en plein concert, étaient depuis érigés en héros par les fans de Metal à travers la planète.

Mais tout ça était faux.

Il s'avère que les hommes ne sont jamais entrés dans le festival et n'avaient "que" 58 et 59 ans, nous apprend ce jeudi la police d'Itzehoe (nord de l'Allemagne), qui s'est chargée de l'affaire.

"Ils ont des problèmes de santé mentale", a même affirmé le porte-parole de la police Peter Bernt à la télévision NDR.

S'ils ont en effet quitté leur centre de soin (et non leur maison de retraite) ce soir-là pour rejoindre la ville de Wacken, proche du festival, les deux hommes n'avaient pas de billets et ne sont pas entrés, a indiqué le policier.

"Tous deux sont donc allés au centre-ville de Wacken pour faire la fête et boire de l'alcool", a déclaré l'agent Berndt. "Cependant, il faut savoir que quelque 30 000 festivaliers s'y retrouvent tous les jours pour écouter de la musique et faire la fête", a-t-il ajouté à Euronews.

Alertée par l'asile, la police a trouvé un des deux hommes à un arrêt de bus situé sur la route principale de Wacken, vers 3 heures du matin, pendant que son compère dormait sur le banc de l'arrêt. "Le bus ne passe pas par ici pendant le festival", nous a précisé Peter Bernt.

Toujours d'après le récit corrigé de la police, les agents les ont alors transporté dans une tente médicale installée pour les festivaliers, avant d'escorter leur taxi jusqu'au centre de soin situé à Dithmarschen.

Dans la note initiale de la police, les hommes étaient décrits comme des "personnes âgées" qui venaient d'une "maison de retraite" et "ont manifestement aimé le festival de Metal".

"Vous voyez, ce n'était pas aussi drôle que ça en avait l'air", a regretté cette femme sur Twitter.

Mea culpa de la presse

SPIEGEL initially had a headline saying "The crazy odyssey of the heavy metal pensioners" now they changed the title to "Police escort two confused men back to their home" and wrote this paragraph under the adapted article:

In an earlier version of this article, essential information from the police, especially on the personal background of the two men, was missing. These only became known with some delay. Especially the initially unknown fact that the two men are mentally ill and are under legal care led to the fact that the report was initially inappropriately intoned with a wink (had an ironic tone) and also raised the question of why the police were allowed to bring them back to the home at all. We have now corrected the article.

Der Spiegel, l'un des principaux magazines allemands, s'est excusé pour la mauvaise information. Leur titre, "La folle odyssée du heavy metal", a été modifié en "La police escorte deux hommes confus jusqu'à chez eux. Les journalistes ont précisé en encadré :

Dans une version antérieure de cet article, des informations essentielles provenant de la police manquaient, en particulier sur les antécédents personnels des deux hommes. Ceux-ci n'ont été connus qu'avec un certain retard. En particulier, le fait initialement inconnu que les deux hommes étaient malades mentalement a conduit à la mauvaise interprétation de la note d'un ton ironique et nous avait amené à nous poser la question de savoir pourquoi ils avaient été accompagnés chez eux. Nous avons maintenant corrigé l'article.