EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Les Maliens élisent leur président, sur fond d'accusations de fraudes

Les Maliens élisent leur président, sur fond d'accusations de fraudes
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Huit millions de Maliens sont appelés à élire leur président lors de ce second tour qui oppose le chef de l'État sortant Ibrahim Boubacar Keïta à son opposant Soumaïla Cissé.

PUBLICITÉ

Les bureaux de vote sont ouverts depuis 8 h au Mali. Second tour de la présidentielle dans un pays toujours confronté à la menace djihadiste malgré cinq années d'interventions militaires internationales. Un scrutin sous tension pour lequel la sécurité a été renforcée. 36 000 militaires maliens sont déployés, soit 6 000 de plus que pour le premier tour il y a quinze jours. L'élection, bien que cruciale pour l'avenir du Sahel ne déclenche pas les passions.

Le grandissime favori est le chef de l'État sortant Ibrahim Boubacar Keïta surnommé IBK. Il est arrivé en tête au premier tour avec 41, 7 % des voix. Son adversaire Soumaïla Cissé affiche sa confiance. Il accuse toutefois 24 points de retard et n'a pas réussi à fédérer l'opposition derrière lui.

L'opposition a accusé le pouvoir d'organiser une vaste fraude pour le second tour, organisant des manifestations de protestation. Le président IBK conteste ces allégations en évoquant des mises en scène de fraude de la part de son adversaire.

Les résultats du scrutin ne sont pas attendus avant 4 à 5 jours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta réélu

Sous pression de Bamako, l'ONU sonne le glas de sa mission au Mali

Niger : les premiers ressortissants européens évacués arrivent à Paris et à Rome