DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris-SG: un bon début, mais juste un début

Vous lisez:

Paris-SG: un bon début, mais juste un début

Paris-SG: un bon début, mais juste un début
Taille du texte Aa Aa

Une "seconde présaison": le PSG version Thomas Tuchel a bien négocié le coup d'envoi de son exercice 2018-2019 mais l'équipe en est encore à ses balbutiements, de sa composition à son jeu et ses perspectives.

. Patte Tuchel

Trophée des Champions (4-0 contre Monaco début août) et match inaugural de L1 (3-0 face à Caen dimanche): deux victoires, sept buts marqués et aucun encaissé. Le PSG démarre très bien, et son nouvel entraîneur allemand y appose déjà sa patte. Un mélange de pragmatisme - défense à quatre lors des deux matches officiels après l'avoir expérimenté à trois en préparation, Neymar en avant-centre pour lui éviter les efforts - et de convictions, qui se dessinent.

Côté pragmatisme: "Nous devons avoir une sorte de seconde présaison mais ce n'est plus la présaison, nous jouons pour des points et c'est important de gagner car les objectifs sont très élevés" ; côté convictions: "A la fin et au cours du processus, c'est totalement normal que nous puissions changer entre et au cours des matches".

"TT" a aussi défini les axes de progression d'une équipe fringante contre Monaco, mais bien plus ronronnante face à Caen: "Nous devons avoir des lignes plus rapprochées, plus d'intensité dans nos passes et dans notre manière de défendre".

La différence la plus nette avec son prédécesseur Unai Emery, lui aussi vainqueur de ses deux premiers matches officiels lors des deux dernières saisons, apparaît dans le management.

Quand Canal+ lui a fait remarquer qu'il avait osé sortir Neymar en cours de match (ce que l'Espagnol ne faisait jamais), Tuchel a répondu: "C'est lui qui a eu la chance d'être autorisé à jouer (rires). Il a eu droit à 80 minutes". L'Allemand avait eu une entrevue avec la superstar brésilienne à Paris en fin de saison dernière, et l'a décrit samedi comme son "joueur clef".

Et il a vécu et affiché des moments de complicité avec les joueurs comme on n'en avait jamais vus avec Emery. Bref, une forme de proximité, d'affection, mais non sans autorité. Il a d'ailleurs lancé ses consignes de manière abrupte pendant le match.

. Post-préparation

"Seconde présaison", parce que les joueurs ne sont pas encore au point physiquement, Coupe du monde oblige.

La nouveauté, c'est la carte jeunes (titularisations de Nkunku et des bien moins aguerri Nsoki, Bernède, Dagba, et entrées en jeu de Diaby et Weah). Des vrais choix, puisque les Meunier, Lo Celso et Draxler étaient sur le banc et pouvaient postuler à une titularisation. "Pour moi c'est très important d'avoir des joueurs qui sont nés à Paris et qui arrivent au centre de formation", a expliqué Tuchel.

Pour la première fois dans l'ère qatarie ouverte en 2011, les jeunes du centre de formation semblent offrir une solution, au moins pour les matches peu huppés des compétitions nationales, ce qui garantirait de la fraîcheur aux joueurs majeurs à l'heure de la Ligue des champions. Même si certaines pourraient être prêtés, il pourrait en rester quelques uns.

Mais le retour des stars, comme Mbappé, Cavani ou Verratti, va forcément modifier le visage du onze de départ, peut-être dès samedi prochain à Guingamp (17h00).

. Mercato lancinant

Il reste deux grosses semaines d'ici la fin du mercato, alors que le PSG est dans le collimateur du fair-play financier de l'UEFA. Il s'agit de montrer sa bonne volonté tout en se renforçant.

Adrien Rabiot, sous contrat jusqu'en 2019, a repoussé deux offres de prolongation, selon L'Equipe. "Adrien doit prendre une décision. Il doit confirmer qu'il veut jouer au club, dans son club", a dit Tuchel. Et cela passe "bien sûr" par une prolongation rapide de son contrat.

Le même jour, Schalke 04 annonçait le transfert du jeune défenseur Thilo Kehrer (21 ans) vers Paris, pour 37 M EUR selon le journal allemand Bild. Soit le quatrième défenseur central souhaité.

Le club souhaite surtout un milieu défensif, et s'intéresse au champion du monde Steven N'Zonzi (Séville) selon France Football.

Reste aussi à poursuivre le dégraissage (après notamment les départs de Javier Pastore et Yuri Berchiche), par exemple avec Gonçalo Guedes. Selon ESPN, les négociations ont avancé avec Valence, qui avait accueilli le jeune attaquant en prêt. Le Portugais représente une bonne valeur marchande, bien davantage que l'Espagnol Jesé.

Reste enfin à régler la question des gardiens. L'icône Gianluigi Buffon a disputé les deux premiers matches. Tuchel doit trancher dans la hiérarchie, et cela pourrait pousser Alphonse Areola et/ou Kevin Trapp à partir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.