EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Trump révoque l'habilitation secret-défense d'un ancien chef de la CIA

Trump révoque l'habilitation secret-défense d'un ancien chef de la CIA
Tous droits réservés 
Par Laura Cambaud
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Donald Trump a révoqué l'habilitation secret-défense d'un conseiller proche de Barack Obama, John Brennan. Ce dernier dénonce un "abus de pouvoir".

PUBLICITÉ

Donald Trump a révoqué l'habilitation secret-défense d'un conseiller proche de Barack Obama, John Brennan. Ce dernier dénonce un "abus de pouvoir".

Donald Trump sous le feu des critiques. Ce mercredi, il a révoqué l'habilitation de secret-défense de John Brennan, ancien chef de la CIA. Cette habilitation donne accès à des informations confidentielles aux hauts responsables en fonction mais aussi aux anciens.

Le président américain affirme qu'il a pris cette décision pour prévenir toute fuite de données. Sarah Sanders, la porte-parole de la Maison-Blanche, a lu le communiqué : "Monsieur Brennan a récemment tiré parti de son statut d’ancien haut fonctionnaire pour avoir accès à des informations hautement sensibles. Il en a fait une série d’allégations infondées et scandaleuses, de débordements sur Internet et à la télévision."

L'opposition dénonce un "abus de pouvoir"

Sur Twitter, John Brennan a rapidement répliqué et dénoncé un "abus de pouvoir". Pour lui, cette mesure de Donald Trump n'a qu''un objectif : supprimer la liberté d'expression et faire taire les critiques. En effet, John Brennan, ancien conseiller de Barack Obama, attaque très souvent le président républicain en public. 

C'est la première fois que l'habilitation de secret défense est révoquée. Donald Trump pourrait ne pas s'arrêter là. D'autres hauts responsables, anciens membres de l'administration Obama, pourraient perdre ce droit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

John Brennan, ex-chef de la CIA: "La Russie a interféré dans notre processus électoral"