DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Séparés par le conflit coréen, ils se retrouvent 68 ans après

Vous lisez:

Séparés par le conflit coréen, ils se retrouvent 68 ans après

Séparés par le conflit coréen, ils se retrouvent 68 ans après
Taille du texte Aa Aa

Dimanche, des dizaines de Sud-Coréens se sont rassemblés à Sokcho, non loin de la frontière de la Corée du nord. C'est la première fois qu'ils vont rencontrer leur parents nord-coréens depuis 1950. Des millions de personnes ont été séparées à cette période - pendant la Guerre de Corée .Les retrouvailles auront lieu lundi dans la station de montagne nord-coréenne du Mont Kumgang. De lundi à mercredi, les participants passeront environ 11 heures avec les membres de leur famille au Nord, sous la supervision d'agents nord-coréens.

Et mercredi, ils se sépareront à nouveau. Probablement, cette fois, pour toujours.

"Je rencontre mes neveux qui sont les enfants de mon plus vieux frère. Mon frère est décédé et j'ai appris que mes neveux étaient encore en vie. Je n'ai jamais vu leurs visages ! Que dire d'autre à part que je suis heureux ?", témoigne Lee Kwan-joo, un participant de 93 ans.

"Je suis contente. Je n'ai pas réussi à voir mon fils mais je suis heureuse de rencontrer ma petite fille", confie Kwon Seok, une participante de 94 ans.

Le groupe de médias CGTN a publié des photos des participants.

Depuis 1988, plus de 100 000 Sud-Coréens ont ajouté leurs noms sur le registre du gouvernement en espérant se réunir avec leurs familles. Mais les survivants de la guerre ont vieilli rapidement et plus de la moitié de ceux qui s'étaient inscrits sont déjà morts. La plupart des survivants ont plus de 80 ans. Le doyen, cette année, a 101 ans.

Depuis 2000, les deux camps ont organisé 20 séries de réunions de familles divisées, généralement au gré de l'amélioration des relations bilatérales. Celles-ci avaient été stoppées en 2015 suite à une période conflictuelle entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Ceux qui ont eu la chance d'y participer par le passé à ces rencontres ont souvent regretté que ce soit trop court, et affirmé que les "adieux" étaient particulièrement éprouvants.