DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une nouvelle monnaie pour les vénézuéliens

Vous lisez :

Une nouvelle monnaie pour les vénézuéliens

Une nouvelle monnaie pour les vénézuéliens
Taille du texte Aa Aa

Au marché de Caracas, c'est la frénésie d'achat. Circonspects et anxieux, les vénézuéliens dépensent à n'en plus finir. La raison : de nouveaux billets comptant cinq zéros de moins que les actuels arriveront lundi. Le retrait de zéros de la monnaie fait partie d'un "plan de relance économique" du président socialiste Nicolas Maduro.

"Nous ne comprenons pas grand chose. Nous savons ce que le président a annoncé à la télévision et nous attendons de voir comment tous ces changements seront appliqués. Je pense que cela ne sera pas simple", témoigne Maria Carianes, une marchande.

Dans la rue, le découragement gagne une partie de la population. La nouvelle monnaie, appelée "bolivar souverain", est censée mettre un terme à l'hyperinflation dans ce pays où elle est totalement hors de contrôle, projetée à 1.000.000% à la fin 2018 par le FMI. Le plus gros billet sera de 500 bolivars, équivalent à 50 millions de bolivars actuels (7 dollars au marché noir, la référence de facto). La pièce la plus petite sera de 50 centimes.

"Nous ne savons pas ce qui arrivera mardi. Les gens dépensent tout ce qu'ils ont pour essayer de remplir leur garde-manger pour tenir le plus longtemps possible, sans savoir ce qu'il se passera quand les aliments auront dépassé la date d'expiration", explique Raul Diaz, un habitant de Caracas.

Le déficit s'élève à 20% du PIB et la dette externe à 150 milliards de dollars. Confronté à une grande impopularité, le président veut rassurer en adossant le bolivar souverain au petro, une crypto-monnaie vénézuélienne. Chaque petro, selon le président, équivaut à environ 60 dollars, sur la base du prix du baril de pétrole vénézuélien. Il a également annoncé la multiplication par 34 du salaire minimum. Les prix et les salaires seraient fixés dans ces deux monnaies. L'objectif est de contourner le manque de liquidités et les sanctions financières des Etats-Unis.