DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le grand retour d'al-Baghdadi : un message guerrier d'Etat islamique

Vous lisez :

Le grand retour d'al-Baghdadi : un message guerrier d'Etat islamique

Photo prétexte : message al-Baghdadi, chef de Daech, le 22 août 2018.
Taille du texte Aa Aa

Abou Bakr al-Baghdadi, on n'avait pas entendu son nom depuis un bon moment... Mais comme chaque fois, alors qu'il est régulièrement donné pour mort, le "calife" du groupe Etat islamique renaît de ses cendres, en l'occurrence des cendres de son mouvement presque anéanti en Irak et en Syrie.

Un long message sonore de propagande, dans lequel il appelle bien évidemment ses partisans dans le monde entier à poursuivre inlassablement la "guerre sainte", lui est attribué : il a été diffusé hier 22 août sur la messagerie Telegram, soit presque un an après le dernier enregistrement dans lequel sa voix avait été identifiée; c'était le 28 septembre 2017.

Abou Bakr al-Baghdadi exhorte pendant près d'une heure les activistes de Daech à "frapper pour terroriser (...) sur leurs terres", préconisant de mener des attaques à l'explosif, à l'arme blanche... "Ceux qui oublient leur religion, la patience, le Jihad contre leurs ennemis et leur certitude dans la promesse du Créateur s'effondrent et tombent, affirme-t-il. Ceux qui s'y tiennent sont fiers et victorieux même après un certain temps".

Le chef de Daech veut croire encore au "califat"

Le temps de la victoire pour le groupe terroriste international Etat islamique est pourtant largement terminé. En Syrie, seuls quelques groupes de combattants jihadistes, selon l'armée de Bachar al-Assad, se sont réfugiés dans des zones désertiques au centre et à l'est du pays. Il n'empêche que plusieurs attaques meurtrières ont fait des dizaines de morts dans le sud, et il y a peu de temps, en juillet dernier. En Irak, d'après les services de renseignements militaires, quelques cellules dormantes, tout au plus, subsisteraient.

Quant au chef de Daech, qui fait donc son grand retour en propagande, il se cacherait quelque part dans l'est syrien, quelque part dans la vallée de l'Euphrate... Bref, un fantôme loin de sa splendeur mais qui veut y croire encore. "L'Etat du califat se maintiendra, dit-il dans son message de mercredi, si Dieu le veut".