Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chemnitz : la colère perdure

Chemnitz : la colère perdure
Taille du texte Aa Aa

C'est aux cris de " Nous sommes le peuple ! " qu'ils ont de nouveau manifesté à Chemnitz... Depuis le meurtre d'un homme dimanche, attribué à deux jeunes demandeurs d'asile, la petite ville est-allemande s'est embrasée, et un mouvement de la droite radicale en appelle régulièrement à des rassemblements.

Celui-ci a eu lieu devant le stade local, alors qu'à l'intérieur se tenait une réunion publique en présence du chef du gouvernement régional. Michael Kretschmer, qui appartient au parti conservateur d'Angela Merkel, a demandé une minute de silence pour la victime, avant de tenter l'apaisement face à des habitants qui se disent victime d'amalgames.

" Lors de mes rencontres aujourd'hui et ces derniers jours ici à Chemnitz, j'ai parlé à beaucoup de personnes qui ont le sentiment d'être traitées injustement, a déclaré le Premier ministre du land de Saxe. J'ai rencontré énormément de gens qui m'ont dit : nous ne sommes pas des militants d'extrême droite. Et je veux leur dire que je le sais bien. "

Il est pourtant des signes, comme le salut hitlérien fait par certains lors d'une manifestation précédente, qui suscitent le malaise dans une ville où les étrangers ne représenteraient que 7% de la population. Mais les arguments semblent faire mouche...

" Quand vous voyez tout ce qu'obtiennent les demandeurs d'asile comparé aux personnes âgées, aux pauvres, aux jeunes, aux Allemands.... Et ça, ce sont des faits ! clame un manifestant. _Je n'ai pas besoin d'en dire plus. Pas étonnant que la colère éclate. "
_

En Saxe, le parti anti-migrants Alternative pour l'Allemagne, qui accuse le gouvernement d'Angela Merkel d'avoir trop longtemps nié le problème, est le premier parti et pèse 27% des voix.