DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Expo Homo Faber : l'artisanat d'exception

Vous lisez:

Expo Homo Faber : l'artisanat d'exception

Expo Homo Faber : l'artisanat d'exception
Taille du texte Aa Aa

Cette semaine dans Focus, notre consoeur Doloresz Katanich s'est rendue en Suède à la rencontre de deux artistes d'exception dont les oeuvres seront présentées à l'Homo Faber de Venise, une exposition internationale consacrée à l'artisanat d'art.

Première étape : direction Uppsala, au nord de Stockholm, dans l'atelier de Cecilia Levy. Ici, l'ancienne graphiste redonne vie aux vieux livres jaunis par le temps grâce à la technique du papier mâché. Et des objets finement découpés qu'elle fabrique émane une grâce palpable.

"Je n'utilise que des livres du XIXe siècle jusqu'aux années 1950, explique l'artiste. J'apprécie quand le papier est légèrement endommagé, cela donne des motifs à mes créations. Et comme je n'utilise pas beaucoup de couleurs, cela me sert aussi de palette. J'utilise ces matériaux de différentes manières. Cela donne vie aux oeuvres. "

Non loin de son atelier, un vieux moulin transformé en musée accueille ses travaux. Entre deux expositions en Suède et à l'étranger, Cecilia Levy enseigne aussi l'art du papier mâché à destination du jeune public.

La seconde partie de notre magazine est consacrée cette semaine à Carina Sohl, une autre artiste suédoise vivant et travaillant à Nyköping, au sud de la capitale suédoise.
Carina s'inspire de la nature pour façonner des pièces en cuir gaufrées à l'aide de plantes et de feuilles cueillies à la main. Un matériel unique utilisé pour la haute-couture, les étuis de téléphone ou le design d'intérieur.

Au fil des ans, Carina Sohl a créé sa propre ligne d'artisanat recherchée aujourd'hui par les grandes marques de luxe.

"Je me souviens : c'était un jour d'automne, raconte l'artiste. Je marchais sur un petit sentier au bord de la mer lorsque j'ai ramassé une feuille. Elle était si belle avec ses fines nervures et tous ses détails. Je me suis alors demandée comment je pourrais préserver une telle beauté. C'est là que m'est venue l'idée. Je me suis dit que je pourrais peut-être imprimer cette feuille sur du cuir. Je l'ai ramenée à la maison et j'ai fait plusieurs essais et à partir de là, il m'a fallu plusieurs années pour développer cette idée."

C'est à l'aide d'une presse spécialement conçue pour l'artiste que les feuilles sont imprimées sur le cuir sans l'ajout d'aucun produits chimiques. Ce processus ne permet que des éditions limitées et les imperfections des feuilles et des feuillages donnent aux imprimés un caractère tout à fait particulier.

Carina Sohl présentera elle aussi son travail à l'exposition Homo Faber de Venise, du 14 au 30 septembre.

Plus de focus