DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'extrême droite en Suède, entre dégagisme et "nationalisme ethnique"

Vous lisez:

L'extrême droite en Suède, entre dégagisme et "nationalisme ethnique"

L'extrême droite en Suède, entre dégagisme et "nationalisme ethnique"
Taille du texte Aa Aa

Les électeurs des Démocrates de Suède, formation dont la doctrine originelle puise aux sources du "nationalisme ethnique" et qui pourrait devenir le deuxième parti de Suède aux élections législatives du 9 septembre, sont en majorité des hommes issus de la classe ouvrière.

Concentrés dans le sud conservateur du pays scandinave, ils ne sont pas forcément xénophobes mais perçoivent l'immigration comme une "menace économique et culturelle", indique à l'AFP Jens Rydgren, titulaire de la chaire de sociologie à l'Université de Stockholm.

Question: D'où viennent les Démocrates de Suède ?

Réponse: Le parti a été fondé à la fin des années 1980, en ce sens c'est un parti assez récent. Parmi ses fondateurs on retrouve d'anciens membres de l'extrême droite en Suède qui avaient des liens très étroits avec les néofascistes et dans une certaine mesure aussi les néonazis (...). Je les classe généralement parmi la droite radicale. Ils ont beaucoup de points communs avec les autres partis de la droite radicale en Europe. Ils jouent le jeu démocratique en participant aux élections mais aspirent à des changements radicaux dans la société. Surtout, ce qu'ils partagent est que ce sont des nationalistes ethniques, leur principal objectif étant de renforcer l'homogénéité ethnique dans leur pays (...). Ils se distinguent d'autres partis semblables en Europe parce que leurs liens avec la mouvance néofasciste ou néonazie étaient nettement plus forts. C'est d'ailleurs ce qui explique pourquoi ils sont plus stigmatisés par de nombreux électeurs et les partis traditionnels".

Q: Qui sont ses électeurs ?

R: "Ce sont d'abords des hommes, avec un faible niveau d'instruction, surreprésentés dans la classe ouvrière mais aussi dans la classe moyenne, auto-entrepreneurs. Ce qui définit ces électeurs en termes d'attitude politique c'est qu'ils souhaitent une réduction de l'immigration et qu'ils voient l'immigration comme une menace économique et culturelle. Ils ont aussi moins confiance dans les institutions politiques et les médias de masse (...). Ils ne parviennent pas à attirer les femmes et cela fait partie de leur stratégie principale, attirer les femmes de la classe ouvrière, d'où leur emphase sur les problèmes du système de santé (...). La plupart d'entre eux étaient des électeurs conservateurs ou sociaux-démocrates".

Q: On voit émerger un vote d'extrême droite chez les personnes nées à l'étranger, évalué à un peu plus de 10%.

R: "Cela s'explique par le fait que les SD mobilisent avant tout contre les immigrés extra-européens, or nombre d'immigrés plus anciens en Suède viennent, eux, d'Europe (ex-Yougoslavie notamment, NDLR). Mais les statistiques à ce sujet font défaut. Par ailleurs ils présentent les mêmes caractéristiques démographiques que d'autres groupes d'électeurs (...). Nous avons demandé aux électeurs (d'extrême droite) quel pourcentage d'immigrés ou de personnes nées à l'étranger vivent en Suède. La plupart était incapable de répondre mais quand on leur demandait combien d'après eux étaient nés au Moyen-Orient, leur estimation était en moyenne 2,5 fois supérieure à la vérité".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.