DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Novitchok : les alliés du Royaume-Uni soutiennent ses conclusions

Vous lisez :

Novitchok : les alliés du Royaume-Uni soutiennent ses conclusions

Novitchok : les alliés du Royaume-Uni soutiennent ses conclusions
Taille du texte Aa Aa

La Grande-Bretagne affirme que ces deux Russes sont responsables de l'empoisonnement au Novitchok de l'ex-agent double Skripal et de sa fille. Ces deux hommes, identifiés par la police britannique, font l'objet d'un mandat d'arrêt européen pour conspiration et tentative de meurtre.

La France, l'Allemagne, les États-Unis et le Canada ont annoncé avoir "entièrement confiance" dans les conclusions de l'enquête britannique.

"Nous avons entièrement confiance dans les conclusions britanniques selon lesquelles les deux suspects étaient des officiers du service de renseignement militaire russe (...) et que cette opération a très certainement été approuvée à un haut niveau de gouvernement (russe)", déclarent les dirigeants des quatre puissances occidentales dans un communiqué publié par Downing Street et co-signé par Londres, au lendemain du lancement d'un mandat d'arrêt européen contre ces hommes.

Pour Londres, la Russie et Vladimir Poutine ont orchestré cette attaque.

"Je peux aujourd'hui dire à la Chambre que, sur la base d'un ensemble de renseignements, le gouvernement a conclu que les deux personnes nommées par la police sont des officiers du Service de renseignement militaire russe aussi connu sous le nom de GRU" explique Theresa May, cheffe du gouvernement britannique.

La crise diplomatique entre Moscou et Londres fait de nouveau rage. La Russie continue de nier toute implication. Elle dénonce une "manipulation de l'information". "Les noms et les photographies qui ont été publiés dans les médias ne nous disent rien" affirme le ministère russe des Affaires étrangères.

"Un citoyen russe qui entre en Grande-Bretagne en provenance de Russie doit avoir - afin de recevoir un visa britannique - un grand nombre de papiers et de documents, et surtout, doit laisser des copies de ses empreintes digitales à l'ambassade. Nous avons demandé des copies des empreintes digitales que le gouvernement britannique, naturellement, a refusé de nous donner comme pour tous les autres documents que nous avons demandés précédemment" indique Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

A la demande de Londres, une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU doit se tenir cet après-midi.

Les Skripal ont survécu à l'empoisonnement au Novitchok.

Mais en juin dernier, cet agent innervant a fait deux nouvelles victimes en Angleterre.

Une femme est décédée après avoir manipulé un flacon qu'elle pensait être une bouteille de parfum. Son compagnon s'en est sorti.

avec AFP