DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Eric Charles-Donatien donne aux plumes, leurs lettres de noblesse

Vous lisez :

Eric Charles-Donatien donne aux plumes, leurs lettres de noblesse

Eric Charles-Donatien donne aux plumes, leurs lettres de noblesse
Taille du texte Aa Aa

Dans le cadre de ce nouveau numéro de Focus consacré aux artisans d'art invités de l'événement Homo Faber qui a lieu en ce mois de septembre à Venise, nous nous rendons dans l'atelier d'Eric Charles-Donatien, l'un des derniers plumassiers de Paris. Sa passion pour les plumes lui a ouvert les portes de la haute couture et du monde du luxe.

L'art de la plumasserie existe depuis des siècles à Paris. Notre reporter Doloresz Katanich s'est rendue dans la capitale de la mode pour rendre visite à l'un de ses derniers représentants : Eric Charles-Donatien figure aujourd'hui parmi les artisans d'art les plus convoités.

L'homme apprécie de rester en coulisses. Il nous reçoit dans son atelier discrètement niché dans le XIe arrondissement.

"Vous avez vos mains pour vous-même, votre tête est là pour les aider et votre cœur s'assure que tout devienne pertinent et suscite de l'émotion," fait-il remarquer avant d'ajouter : "Je crois que ce qui donne de la valeur à l'artisanat, c'est l'émotion."

Son parcours a débuté dans une maison légendaire : celle d'André Lemarié, spécialisée dans le travail des plumes.

"Je suis moi-même le résultat d'un mélange"

Une fois son entreprise créée, Eric-Charles Donatien poursuit sa collaboration avec les plus grandes marques de luxe dans l'aménagement intérieur, la mode et la joaillerie.

"Mon concept, c'est de toujours mélanger les plumes avec autre chose," indique-t-il. "Je suis moi-même le résultat d'un mélange, je suis indo-caribéen et je pense que le mélange, c'est essentiel dans notre travail," souligne-t-il.

Parmi ses créations, un centre de table qu'il a réalisé pour l'exposition Homo Faber à Venise à partir de différents matériaux pour montrer la diversité de son art. "Cette pièce fait partie de ce que nous avons retenu pour l'exposition Homo Faber," présente-t-il. "C'est une arche et l'idée, c'est de représenter l'esprit de l'armure, de rappeler que les plumes ont exactement la même fonction que les écailles : elles sont magnifiques, en même temps, elles protègent et elles accueillent aussi," poursuit-il.

Aucune plume d'espèce menacée

Sa collection comporte des plumes d'une beauté exceptionnelle. Une matière première qu'il récupère grâce à des dons, principalement de zoos, et que les oiseaux ont perdu naturellement, souligne l'artisan d'art qui dit n'utiliser aucune plume d'espèce protégée ou menacée.

Il transmet sa démarche à la nouvelle génération de plumassiers auxquels il enseigne son art lors d'ateliers.

"C'est difficile de leur faire comprendre que parfois, ils vont devoir se faire oublier derrière leur travail," affirme Eric Charles-Donatien. "C'est une question de partage, il s'agit de s'assurer que l'on fait quelque chose pour cet artisanat d'art, pour ces plumes," estime-t-il.

"Redonner de la valeur à cet artisanat"

Alors qu'il est l'un des derniers plumassiers de Paris, l'artisan d'art s'inquiète pour l'avenir de son métier en Europe et dans le monde.

"Je crois que nous devons redonner de la valeur à cet artisanat," assure-t-il. "On a bien compris que l'on pouvait lui donner de la valeur en le montrant et le partageant ; mais maintenant, on doit comprendre que si on ne veut pas lui donner de la valeur d'un point de vue économique, il disparaîtra," prévient-il.

Eric Charles-Donatien fait partie des artisans européens au sommet de l'art que la Fondation Michelangelo a sélectionnés pour Homo Faber, une exposition présentée du 14 au 30 septembre à Venise.

Plus de focus