Tsipras : "l'extrême droite italienne se contredit"

Tsipras : "l'extrême droite italienne se contredit"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Interview d'Alexis Tsipras après sa vibrante tribune contre l'extrême droite au parlement européen.

PUBLICITÉ

Alexis Tsipras, sonneur d'alerte européen sur la montée de l'extrême droite. Le Premier ministre grec, ce mardi au parlement européen, s'est fait l'auteur d'une vibrante tribune sur les dangers, le "monstre" de l'extrême droite. L'une de nos correspondantes à Bruxelles a pu l'interviewer, en marge de l'assemblée plénière.

"Il y avait, a t-il déclaré, et il y a toujours un déficit démocratique qui contient, avec le fétichisme fiscal d'une approche économique néolibérale de la gestion de crise, les principales raisons pour lesquelles l'Europe a cessé d'être attractive pour ses citoyens, et la principale raison d'être de l'extrême droite".

Sur la gestion de la question migratoire, Alexis Tsipras sans surprise se place à l'opposé du gouvernement italien, qui avait fermé ses ports et refusé d'accueillir les réfugiés de l'Aquarius, mais selon lui Rome a eu, dans ce dossier, une attitude incohérente : "Le gouvernement italien a une attitude contradictoire car, d'une part, il refuse de recevoir des bateaux avec des migrants et, d'autre part, lorsque ces bateaux entrent dans ses eaux, dans les eaux italiennes, il demande aux pays voisins de les accueillir."

Alexis Tsipras a profité de sa tribune, la première depuis la crise de 2015, pour louer la "réussite du peuple grec, qui a serré les dents et accepté de grands sacrifices".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives portugaises : lancement officiel de la campagne

7 pays de l'OTAN entament des manoeuvres sous-marine près de la Sicile

L'ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz reconnu coupable de faux témoignage