DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Juncker et le "désastre" du Brexit

Vous lisez:

Juncker et le "désastre" du Brexit

Juncker et le "désastre" du Brexit
Taille du texte Aa Aa

Peu après son discours sur l'état de l'union, Jean-Claude Juncker a accordé une interview à Darren McCaffrey d'euronews. Il fait le bilan de sa présidence de la commission européenne.

Darren McCaffrey : "Il y a quatre ans vous aviez dit que vous vouliez être franc : l'Europe n'était pas un bon état. 4 ans plus tard, sous votre direction, la situation s'est aggravée".

Jean-Claude Juncker : "Non, c'est la façon dont certains de vos collègues britanniques au Parlement présentent les choses. Je ne crois pas que les choses ont pris une mauvaise tournure. Nous avons travaillé 21 trimestres, les uns après les autres, le chômage a baissé, le déficit budgétaire a baissé, les investissements sont au même niveau que pendant la crise, donc je ne partage pas la vision de ceux qui disent que tout est sombre. Il y a du soleil quelque part".

Darren McCaffrey : "Il y a des problèmes, comme l'immigration, le Brexit, le populisme...mais vous les niez un petit peu ?"

Jean-Claude Juncker : "Non non non non non je ne nie rien du tout. Je ne suis pas naïf. Je sais exactement où sont les problèmes, le populisme est un problème, le Brexit un désastre et le fait que les états membres n'ont pas été capable de se mettre d'accord sur les réponses de bases au sujet des problèmes d'immigration me rend triste, ce n'est pas la commission parce que la commission a fait ses propositions en mars 2015 et si tous les états membres avaient été aussi "sages" que la commission il y a 4 ans, les choses se seraient passées différemment".

Darren McCaffrey : "A propos du Brexit, Michel Barnier, comme d'autres en Grande-Bretagne pensent qu'un accord sera trouvé dans 6 à 8 semaines, qu'en pensez-vous ?"

Jean-Claude Juncker : "Je partage le point de vue de Michel Barnier".

Darren McCaffrey : "Juste une dernière question. Que regrettez-vous le plus de votre présidence?"

Jean-Claude Juncker : "Le fait que les institutions européennes ont été incapables de gommer les différences entre l'Est et l'Ouest".