DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Reward, la vie après l'Aquarius

Vous lisez :

Reward, la vie après l'Aquarius

Reward, la vie après l'Aquarius
Taille du texte Aa Aa

Alors que débute le sommet européen de Salzbourg sur la politique migratoire, Anelise Borges a retrouvé à Bilbao Reward, l'une des 630 personnes qu'elle a suivies pendant leur attente interminable à bord de l'Aquarius, en juin dernier.

"L'Aquarius, c'était le début d'une nouvelle vie", explique Reward, originaire du Nigeria. "Quand on a perdu tout espoir, et qu'une porte s'ouvre. Personne ne peut oublier une chose pareille".

Reward Okoh a été la dernière personne à débarquer de l'Aquarius. Il y a tout juste trois mois, ce navire humanitaire s'est retrouvé au cœur d'une véritable crise diplomatique, qui a divisé les pays européens.

L'Aquarius a été bloqué en mer pendant une semaine, avec 630 personnes à bord, après la décision de l'Italie de fermer ses ports aux demandeurs d'asile secourus en Méditerranée. Malte n'a pas non plus laissé le navire accoster.

L'attente a pris fin, lorsque l'Espagne a proposé un port sûr aux hommes, aux femmes et enfants qui avaient tenté de gagner l'Europe, au péril de leur vie.

Après son arrivée à Valence, Reward a été conduit à Bilbao, pour effectuer sa demande d'asile.

Pendant l'examen de son dossier, qui pourrait prendre jusqu'à trois ans, le jeune homme dispose d'un logement et d'une allocation qui lui permet seulement de subvenir à ses besoins.

Pour l'instant, il peut seulement assister à son cours d'espagnol, trois heures chaque jour pour apprendre la langue de son pays d'accueil. Mais il est impatient de pouvoir faire autre chose, et de ne plus voir les journées s'égrener.

"On s'ennuie, à force de rester seul, assis dans son coin", relate-t-il. "Du coup, les souvenirs reviennent... Je repense à un ami, que j'ai perdu en prison. Il a été arrêté et il est mort plus tard en cellule, en Libye".

Ceux qui ont rejoint l'Europe, à bord de l'Aquarius, ont chacun leur passé. Certains ont fui un conflit, d'autres une pauvreté dévastatrice. Désormais, ils peuvent entamer une nouvelle vie, même si la réalité ne sera pas forcément à la hauteur de leurs espoirs.