DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brésil: les favelas, laissées pour compte de la campagne électorale

Vous lisez:

Brésil: les favelas, laissées pour compte de la campagne électorale

Brésil: les favelas, laissées pour compte de la campagne électorale
Taille du texte Aa Aa

"Qu'allez-vous faire pour empêcher qu'on rate les cours à cause des fusillades"? Ellen, adolescente de Maré, l'une des favelas les plus violentes de Rio de Janeiro, interpelle des candidats au poste de gouverneur aux élections du 7 octobre au Brésil.

Elle a 14 ans, le même âge que Marcos Vinicius, tué par balle lors d'une incursion policière, alors qu'il se rendait à l'école en juin dernier à Maré.

C'est dans ce complexe de quartiers peuplé de près de 140.000 habitants - dont plus de 100.000 en âge de voter - que des ONG ont organisé un débat avec les candidats au poste de gouverneur de l'Etat de Rio.

Le centre culturel aux allures de hangar est plein à craquer: près de 300 personnes, la plupart sont jeunes, Noirs et presque tous habitent Maré. Tous les sièges en plastique sont occupés, tout comme les palettes de bois transformées en gradins, et beaucoup de spectateurs doivent rester debout.

Malgré cette affluence, seuls trois des 12 candidats en lice ont fait le déplacement, tous issus de partis de gauche et crédités d'à peine 1% des intentions de vote. Quatre ont annulé au dernier moment et un autre est représenté par sa colistière.

- Dérives sécuritaires -

"Ils sont où les candidats? Je ne connais personne, là", déplore Daniel Silva, 21 ans, qui s'attendait à voir les favoris, la légende du foot Romario, lui aussi né dans une favela, et l'ancien maire de Rio Eduardo Paes.

"Je suis déçue, ça en dit long sur ces candidats. C'est pourtant important qu'il puissent aller dans la favela, au contact de la population, pour se faire une idée différente de ce qu'on voit à la télé", renchérit Karla Rodrigues, femme noire de 35 ans.

Tous les jours, les médias brésiliens font état de drames causés par les fusillades dans les favelas, quartiers souvent insalubres dans lesquels vit un quart de la population de Rio.

Le débat électoral à Maré n'est pas épargné. Pendant quelques secondes, le discours d'un candidat est couvert par les échos de deux rafales, qui glacent le sang.

Arthur Viana de Andrade, 21 ans, va voter pour la première fois. Il n'a pas encore choisi son candidat pour le poste de gouverneur ni pour la présidentielle, mais sait déjà pour qui il ne va pas voter.

"Quand j'entends quelqu'un dire que +seuls les voyous morts sont de bons voyous+, ça me fait peur, parce qu'en tant que Noir qui vit dans une favela, je sais que je serai pris pour cible", affirme-t-il, en allusion au discours sécuritaire du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro, en tête des intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle.

- "Aucune pudeur" -

Les organisateurs ont choisi "la sécurité" pour thème du débat. Mais quand on leur demande leurs priorités, les habitants évoquent d'abord la "santé" et "l'éducation".

"Il faut qu'ils nous construisent un grand hôpital ici, dans le quartier. Mettre en place des politiques de sécurité publique dans les favelas, ça ne marche jamais. La santé, c'est le plus important", affirme Lucia Gomes, 49 ans, qui vend des gâteaux à l'entrée du centre culturel.

"Ici, les gens ont perdu toute confiance envers les hommes politiques, se plaignent qu'ils sont tous corrompus. Mais moi, je veux écouter les propositions de candidats, l'abstention n'est pas une solution", déclare pour sa part Sheyla Amaral, 42 ans.

Pour Eliana Sousa Silva, directrice de Redes da Maré, une des ONG qui organisent le débat, la couleur politique des candidats et leurs propositions ne font pas forcément recette dans les favelas.

"Malheureusement, les gens d'ici votent encore trop souvent après avoir été instrumentalisés. Certains candidats voient les favelas comme leur chasse gardée et s'implantent à coups de clientélisme", explique-t-elle.

Et dans certains cas, les candidats doivent obtenir l'autorisation des narcotrafiquants qui contrôlent le quartier pour faire campagne, moyennant parfois des droits de péage.

"Encore récemment, j'ai vu des candidats distribuer du poisson à moitié pourri aux gens ou proposer des coupes de cheveux gratuites. Ils n'ont aucune pudeur", ajoute Shyrlei Rosendo, autre membre de l'ONG.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.