Au Yémen, le spectre de la famine générale

Au Yémen, le spectre de la famine générale
Tous droits réservés REUTERS/Khaled Abdullah
Par Anne-Lise Fantino
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le pays connaît aujourd'hui la pire crise humanitaire de la planète, après trois ans de conflit. Un dossier qui devrait être sur la table de l'assemblée générale des Nations unies, ce mardi à New-York.

PUBLICITÉ

La situation au Yémen constituait un dossier incontournable pour les dirigeants internationaux, réunis ce mardi à New-York, lors de l'assemblée générale des Nations Unies.

Le pays, déchiré par trois ans de guerre civile, est aujourd'hui en proie à la crise humanitaire la plus grave au monde.

Le conflit, qui oppose les rebelles houthis à la coalition internationale, a déjà coûté la vie à près de 10 000 personnes. Aujourd'hui, trois habitants sur quatre dépendent directement de l'aide humantaire qui peine à arriver, en raison des combats et des infrastructures réduites à néant.

Plus de 18 millions de personnes sont privées de nourriture.

"La lutte contre la famine est perdue", selon les Nations Unies. Elle pourrait toucher bientôt l'ensemble de la population, et faire de très nombreuses victimes.

La réalité du territoire, s'est encore "détériorée" de manière alarmante ces dernières semaines, avec l'effondrement de la devise yéménite. En l'espace d'un an, le prix de la nourriture a bondi d'un tiers.

"Ces derniers jours le nombre de cas de malnutrition a augmenté à cause de la hausse des prix, l'inflation du dollar et du faible soutient à la province d'Al-Dhale", explique Ayman Shayef, médecin au sein de l'hôpital d'Al-Dhale. "La province est orpheline."

Ce lundi, la coalition internationale a annoncé l'ouverture de trois corridors humanitaires entre le port de Hodeida, sur la mer rouge, et la capitale Sanaa, sans préciser de dates.

La semaine dernière, la tenue de pourparlers a encore échoué, d'après l'ONU. Début août, l'organisation publiait un rapport qui faisait état de crimes de guerre, commis par les partie au conflit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au Yémen un artiste peint sur les murs détruits par la guerre civile

Yémen : près d'un millier de prisonniers échangés

Des centaines de migrants éthiopiens tués par des gardes-frontières saoudiens, selon HRW