DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La capitale rwandaise Kigali renaît grâce à l'art

Vous lisez:

La capitale rwandaise Kigali renaît grâce à l'art

La capitale rwandaise Kigali renaît grâce à l'art
Taille du texte Aa Aa

Dans cette vidéo à 360°, nous découvrons le centre artistique Ivuka à Kigali au Rwanda. Cette structure créée en 2007 est un espace d'expression pour les jeunes artistes rwandais, mais elle contribue aussi à la reconstruction du pays près de 25 ans après le génocide des Tutsi.

Quand le Rwanda a entamé sa reconstruction après la perpétration du génocide des Tutsi en 1994, les artistes locaux étaient en perte de repères. La capitale Kigali ne disposait plus de lieu d'expression qui leur soit dédié et ce n'est qu'en 2007 que la première galerie baptisée Ivuka (qui signifie "être né" en langue kinyarwanda) a modestement ouvert ses portes dans le quartier de Kacyiru.

Partir de zéro

À l'origine, les jeunes accueillis sur place ont manqué de moyens et d'équipements manquaient et n'avaient pas non plus de contacts avec des artistes plus expérimentés qui auraient pu les former ou dont le travail aurait pu les inspirer ou les inciter à s'en différencier. Le Rwanda partait à l'époque de zéro, de même pour sa jeune scène artistique.

Lors de son ouverture, le centre Ivuka devait servir de lieu de réunion et d'exposition pour de jeunes créateurs.

Artiste visuel, Collin Sekajugo, né en Ouganda et d'origine rwandaise, est l'un de ses cofondateurs. Son idée initiale était de contribuer à la reconstruction et la récupération de son pays après le génocide. "Ce centre a été conçu comme un incubateur pour la création : des jeunes viennent pour s'exprimer à travers différentes formes d'art," indique le jeune homme qui nous guide dans la structure.

"Tout le monde est le bienvenu"

Il poursuit : "La vision d'Ivuka, c'est en quelque sorte d'intégrer les jeunes dans un espace, sous l'égide d'une structure où tout le monde est le bienvenu quelles que soient sa couleur, son origine, sa foi, sa catégorie sociale. En même temps, ils acquièrent des compétences qui vont leur servir à eux et à leurs proches, leur donner une éducation et aussi leur permettre d'avoir les moyens de faire manger leur famille," estime-t-il.

Depuis le lancement du projet il y a plus de dix ans, plusieurs autres galeries ont vu le jour dans la capitale rwandaise. Certaines ont repris le modèle d'Ivuka en proposant en parallèle de leur espace d'exposition, des ateliers d'art et de danse.

Aujourd'hui, une nouvelle génération d'artistes contemporains rwandais est en train d'éclore et la plupart de ses représentants sont issus du centre Ivuka.