DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Biathlon: Fourcade affûte ses armes dans le Vercors

Vous lisez :

Biathlon: Fourcade affûte ses armes dans le Vercors

Biathlon: Fourcade affûte ses armes dans le Vercors
Taille du texte Aa Aa

Le décor est majestueux, niché en plein coeur du massif du Vercors, mais Martin Fourcade et les biathlètes français n'ont pas le temps de profiter du paysage et ne sont pas venus en touristes, lancés dans la dernière ligne droite de leur préparation pour la prochaine saison.

A un mois et demi de l'ouverture de l'exercice 2018-2019, le 2 décembre à Pokljuka (Slovénie), le quintuple champion olympique (30 ans), sur le pont depuis mai, peaufine les ultimes réglages avant de se lancer dans la quête d'une 8e Coupe du monde d'affilée. En ce lundi 15 octobre et sous un franc soleil, lui et ses camarades enchaînent les tours de piste en ski-roues, entrecoupés d'arrêts sur le pas de tir. L'ambiance est studieuse, la troupe déjà concentrée et le perfectionniste Fourcade demande même du rab' à la carabine. "L'appétit vient en mangeant", lui lance dans un grand sourire Vincent Vittoz, le nouveau patron des biathlètes français.

gi

Après avoir goûté aux joies de la neige dans le tunnel d'Oberhof (Allemagne) en septembre, les Bleus ont retrouvé dans le Vercors un cadre plus bucolique, sur une piste dessinée autour d'un golf, entre deux flancs de montagne et sa forêt de sapins.

Ce passage par Corrençon a une saveur particulière pour Fourcade, habitué à voguer loin des siens tout au long de l'année. A 6 km de sa résidence de Villard-de-Lans, le Catalan apprécie la proximité avec sa compagne et ses deux enfants. Et pour ajouter encore au côté familial, c'est dans l'établissement hôtelier tout juste ouvert par son ancienne complice Marie Dorin, désormais à la retraite, que les Tricolores ont posé leurs bagages pour deux semaines de labeur.

- Nouvelle approche -

"C'est sympa et important d'avoir des rassemblements comme ça, a expliqué Fourcade à l'AFP. Cela me permet d'être au plus de ma famille. C'est bien de voir les petites avant de s'éloigner."

L'homme aux 74 victoires sur le circuit, qui a récemment connu des douleurs au pied et aux cervicales, n'est pas non plus livré à lui-même à l'entraînement et Vittoz surveille de près le moindre de ses faits et gestes. L'ex-fondeur, qui a remplacé Stéphane Bouthiaux, ne perd pas une miette de la séance de son nouveau poulain en le suivant à vélo. Celui qui forme un attelage avec l'Italien Patrick Favre, en charge du tir en lieu et place de Franck Badiou, n'est pas arrivé les mains vides et a modifié le contenu des séances, introduisant une nouvelle approche dans la préparation.

"Avant on faisait d'abord un gros travail foncier en été puis l'accent était mis sur l'intensité des efforts à l'automne, a détaillé Vittoz à l'AFP. Maintenant, on essaye d'effectuer un travail global. Je pense que le foncier est primordial pour tenir la saison et ma conception est d'en faire le plus longtemps possible. A Corrençon, on est donc dans la continuité de ce qu'on a fait durant l'été."

"On est sur une période de fatigue importante puisqu'on enchaîne les séances et les volumes horaires, indique de son côté Fourcade. On met le corps à rude épreuve. Il y aura une accalmie la semaine prochaine et la fraîcheur reviendra mais il faut serrer les dents jusqu'à dimanche."

- Hâte d'en 'découdre' -

Reste à savoir si cette méthode portera ses fruits en compétition. Les deux hommes ont en tout cas hâte "d'en découdre" et d'entrer dans le vif du sujet.

"L'automne n'est jamais une période agréable pour moi. On se demande quand la préparation va se finir, cela fait un moment qu'on est sur la brèche, ça commence à être dur. Mais on touche au bout", selon Fourcade, devenu à Pyeongchang l'athlète français le plus titré aux JO.

"La longueur de la préparation commence à se faire sentir, notamment pour Martin, a reconnu Vittoz. Il faut encore tenir un mois de travail mais on aimerait que la neige soit là, que les compétitions commencent. Il y a un peu d'impatience et de lassitude."

Fourcade doit encore faire un petit détour par Arçon pour les Championnats de France de ski-roues (20-21 octobre) suivi d'un dernier stage de deux semaines à Sjusjoen (Norvège). Il sera ensuite temps d'attaquer enfin la Coupe du monde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.