Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Caravane de migrants : le Mexique propose un plan

Caravane de migrants : le Mexique propose un plan
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Mexique serait-il en train de tendre la main aux migrants Honduriens ? Alors qu’environ 7 000 personnes traversent actuellement le pays, direction les États-Unis, le président mexicain a fait une annonce qui pourrait modifier la trajectoire de la caravane :

"Le gouvernement mexicain lance dès à présent le plan "Comme à la maison". Pendant votre séjour au Mexique, vous pourrez obtenir des soins médicaux et même envoyer vos enfants à l'école. Vous aurez également des papiers d'identité temporaires, pour effectuer toutes les formalités nécessaires, pendant que vous régulariserez votre situation à l’immigration", a déclaré Enrique Pena Nieto.

Derrière ce plan d’aide : dissuader les migrants de rejoindre la frontière avec les États-Unis, à condition d’obtenir un statut de réfugié dans les États du sud du Mexique. Depuis l’entrée de la caravane sur le sol mexicain le 19 octobre, plus de 1 700 personnes auraient déjà déposé une demande d’asile, prêts à mettre un terme à leur périple.

Un plan qui rassure les États-Unis, et surtout le président américain. A l’approche des élections cruciales de mi-mandat, la Maison-Blanche s’était dit prête à déployer l’armée le long de la frontière avec le Mexique :

"Le Mexique offre son aide à toutes ces personnes, qui peuvent soit demander l’asile, soit obtenir le statut de réfugié grâce à l'aide des Nations Unies. La première partie du plan consiste donc à faire en sorte que ceux qui en ont besoin se voient accorder l'asile le plus rapidement possible, afin qu'ils n'aient pas à faire un voyage dangereux vers notre frontière", a précisé Kirstjen Nielsen, Secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis.

Mi-octobre, plusieurs milliers d’Honduriens ont entamé une marche longue de 3 000 kilomètres vers le nord, pour fuir leur pays d’origine. Au Honduras, 1 habitant sur 5 vit avec à peine 1,50 euro par jour, et les gangs sèment la terreur parmi la population.