DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'AfD, une ascension allemande

Vous lisez :

L'AfD, une ascension allemande

L'AfD, une ascension allemande
Taille du texte Aa Aa

"Mission accomplie, nous sommes présents dans seize régions", lançait hier soir Joerg Meuthen, le patron de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), devant les partisans en liesse. Le parti d'extrême droite est, avec les verts, la grande gagnante du scrutin régional en Hesse.

L'AfD est désormais représenté dans les 16 parlements régionaux. Ce n'est pas le cas des écologistes. Avec près de 13 % recueillis dans le land de Hesse, l'AfD est parvenue à tripler son score de 2013.

Créé en 2013, l'Alternative für Deutschland s'est construite sur la critique des gouvernements Merkel. Un discours défiant, provocateur et viscéralement anti-immigration. La plupart de ses électeurs sont venus de la CDU d'Angela Merkel, mais il y a aussi des déçus du SPD, le parti social-démocrate, et d'anciens abstentionnistes.

Il séduit tout d'abord dans l'Est, en 2014 : la parti âgé d'un an, frôle les 10 % en Saxe. Puis vient le sud-ouest. Dans les trois années qui suivent, il fait son entrée dans 14 parlements régionaux. Depuis dimanche, la carte de l'Allemagne est intégralement couverte.

Fait notable : L'emprise croissance du parti sur la politique allemande, n'a pas semblé pâtir des querelles internes, ni des changements successifs de direction :

Le parti a témoigné du départ de l'un de ses fondateurs, Bernd Lucke, puis de Jörn Kruse et Frauke Petry, qui ont tout deux mis en garde conte le virage à droite pris par le parti. Frauke Petry a quitté le parti après les élections générales de l'an dernier, lors desquelles l'AfD s'est hisser en troisième place avec 12,6 % des suffrages. Un "_tournant historiqu_e" pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Résultat, le parti a maintenu son cap droitier et populiste, et aborde les élections européennes avec le costume de première force d'opposition au Bundestag. Sur le plan national, la formation espère continuer sa progression lors des élections régionales en Brandebourg, Saxe, et Thuringe, trois de ses premiers fiefs.