DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les dossiers chauds qui opposent Berlin à Varsovie

Vous lisez :

Les dossiers chauds qui opposent Berlin à Varsovie

Les dossiers chauds qui opposent Berlin à Varsovie
Taille du texte Aa Aa

Malgré l'accueil cordial réservé vendredi à Angela Merkel à Varsovie, Polonais et Allemands s'opposent sur de très nombreux sujets sensibles. En matière d'immigration notamment. Dernier exemple en date : le pacte migratoire négocié à l'ONU que la Pologne n'a pas du tout l'intention de ratifier à l'instar de l'Autriche, de la République tchèque ou des États-Unis "Car nous pensons que nos règles, nos principes souverains concernant la protection des frontières et le contrôle des migrations sont pour nous une priorité absolue", a précisé vendredi Mateusz Morawiecki, le Premier ministre polonais.

La question migratoire préoccupe au plus haut point le gouvernement conservateur à Varsovie qui n'a de cesse de critiquer les choix adoptés par Berlin depuis 2015.

Mais l'Allemagne n'est pas avare non plus en critiques : elle soutient ouvertement la Commission européenne dans la procédure ouverte par Bruxelles contre le gouvernement polonais pour ses écarts en matière de respects des valeurs fondamentales de l'UE.

Varsovie et Berlin s'opposent aussi quant au projet de gazoduc Nord Stream 2 qui doit relier la Russie à l'Allemagne par la mer Baltique afin de sécuriser l'approvisionnement énergétique des Allemands.

Sans parler des vieilles rancunes entre les deux pays depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale.

Quelques jours à peine avant la visite d'Angela Merkel à Varsovie, le président polonais Andrzej Duda a une nouvelle fois appelé l'Allemagne à payer à la Pologne des réparations massives pour les crimes et dommages commis dans son pays durant l'occupation nazie. L'Allemagne a fait valoir que la question avait été réglée au début des années 1950.

Une commission parlementaire polonaise mise en place par le gouvernement conservateur a par ailleurs entamer des travaux pour examiner les réparations possibles : les députés ont estimé le montant potentiel à environ 750 milliards d'euros.

Avec Agences