DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A New York, des marathoniens sans complexe

Vous lisez :

A New York, des marathoniens sans complexe

A New York, des marathoniens sans complexe
Taille du texte Aa Aa

La tension monte avant le coup d'envoi ce dimanche du plus célèbre des marathons : celui de New York. Qui succèdera à l'Américaine Shalane Flanagan et au Kenyan Geoffrey Kamworor, les vainqueurs de la précédente édition en moins de 2 heures et 30 minutes, soit deux fois plus rapide que le temps moyen pour boucler les 42 kilomètres à travers les rues et les parcs de la Grosse Pomme.

50.000 participants sont attendus sur la ligne de départ, dont certains profils plus atypiques pour des marathoniens.

Dans les allées de Central Park, la Britannique Julie Creffield veut prouver que le poids n'est pas un obstacle aux courses d'endurance. Elle s'apprête à disputer son quatrième marathon :

"Il y a six ans, alors que je m'entraînais pour mon deuxième marathon, un médecin m'a dit : tu est trop grosse pour courir. Tu ne dois pas courir ! Deux semaines plus tard, j'ai participé au marathon de Brighton juste pour lui montrer que je le pouvais le faire. "

Autre profil atypique, celui de cette Française de 85 ans. Ginette Bédard est une habituée du Marathon de New York. Elle va disputer sa sixième épreuve. La course fait depuis toujours partie de son quotidien :

"Alors, tous les jours, je cours trois heures ici. Trois heures, après une demi-heure de yoga. Et je rentre heureuse, satisfaite, contente."