EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Meurtre de Khashoggi : Erdogan accuse le gouvernement saoudien

Meurtre de Khashoggi : Erdogan accuse le gouvernement saoudien
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président turc Recep Tayyip Erdogan affirme que l'ordre de tuer le journaliste Jamal Khashoggi était venu des "plus hauts niveaux du gouvernement saoudien", mais il exonère le roi Salmane de toute responsabilité.

PUBLICITÉ

Un meurtre prémédité et commandité au plus niveau du gouvernement saoudien.

Un mois après la mort du journaliste Jamal Khashoggi à Istanbul, la Turquie déroule ses accusations et ses conclusions. Le président turc Recep Tayyip Erdogan assure que les auteurs de ce crime figurent parmi les 18 suspects détenus par l'Arabie saoudite.

Ankara demande à Ryad de lui dire où se trouvent les restes de Jamal Khashoggi mais, selon un conseiller du président, le corps aurait été dissous.

Pour la fiancée du journaliste, Hatice Cenzig, la communauté internationale doit agir pour faire toute la lumière sur cette affaire et traduire les responsables devant la justice :  "Rien n'a pu me soulager de la douleur qui a suivi l'atrocité de ce que j'ai traversée. Et la principale raison pour cela, c'est que son corps n'a toujours pas été retrouvé (...) C'est la chose la plus simple que l'on puisse faire après le décès d'un être cher dans l'Islam. Et nous n'avons toujours pas été capables de le faire et notre douleur est aussi forte qu'au premier jour."

Jamal Khashoggi n'est jamais ressorti du consulat saoudien où il entendait effectuer des démarches administratives pour son mariage.

Si plusieurs responsables et médias turcs ont directement incriminé le prince héritier, le royaume saoudien s'efforce de le dédouaner.

L'assassinat du journaliste saoudien, critique du régime de Ryad et collaborateur du Washington Post, a entaché l'image du royaume sunnite et en particulier du prince Mohammed Ben Salmane, qui exerce la réalité du pouvoir.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Affaire Khashoggi : peine de mort requise pour cinq accusés

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux