DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Référendum historique en Nouvelle-Calédonie

Vous lisez :

Référendum historique en Nouvelle-Calédonie

Référendum historique en Nouvelle-Calédonie
Taille du texte Aa Aa

En Nouvelle-Calédonie, à la veille du référendum d'autodétermination, les indépendantistes espèrent encore faire mentir les sondages.

Le "Non" à l'indépendance pourrait l'emporter dimanche au grand dam du leader du FLNKS (Front de libération nationale kanak et socialiste) qui a rappelé en meeting les souffrances infligées par la France à son peuple.

Roch Wamytan : "Cet État colonisateur, l’État français, cet État qui a colonisé des millions de gens, cet Etat qui a participé à des massacres sans nom, (...) cet État, il est là et il ne veut rien lâcher".

Près de 175 000 électeurs sont appelés aux urnes dimanche dans ce petit territoire stratégique pour la France, perdu au milieu de l'océan Pacifique.

Mais pour Elie Poigoune figure historique du mouvement indépendantiste, l'heure n'est plus à la confrontation.

Elie Poigoune, président de la Ligue des droits de l'Homme : "Moi, j’ai un regard maintenant qui a changé beaucoup vis-à-vis de la France. La France, avant, elle était coloniale, elle était dure avec nous, mais ces derniers temps, elle a montré un regard bienveillant, attentif à toutes les populations du territoire, et en particulier à la population kanak."

Ce référendum s'inscrit dans un long processus de décolonisation entamé en 1988 après plusieurs années d'affrontements meurtriers.

Même si le nom l'emporte, deux autres référendums pourront encore être organisés dans les années à venir.

Les premiers résultats de cette consultation sont attendus dimanche en début de matinée, heure de Paris.

Avec Agences