Inde : record de pollution à New Delhi après Diwali

Inde : record de pollution à New Delhi après Diwali
Tous droits réservés 
Par Sandrine Delorme avec AFP, Reuters, APTN
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La pollution atmosphérique a atteint l'un des pics de la saison dans la capitale indienne, au lendemain des millions de pétards tirés pour Diwali.

PUBLICITÉ

New Delhi, au lendemain de la grande fête des lumières hindoue de Diwali et ses traditionnels millions de pétards. La pollution atmosphérique a atteint l'un de ses pics de la saison dans la capitale indienne, malgré l'utilisation de pétards "propres".

Au lever du jour, une brume toxique enveloppait les rues. Une partie des rares habitants se rendant au travail portaient un masque sur le visage pour se protéger. 

Ces manifestants en ont assez de la pollution :

"Je me sens mal à cause de la pollution de l'air, comme si mes yeux commençaient à brûler. Et même avec des médicaments, ça ne guérit pas. Ça guérit seulement quand je quitte le pays, pour l'Amérique ou un endroit où l'air est bien meilleur. "

"Les soirs, on ne peut pas aller jouer dans les parcs trop longtemps. Par exemple, si on sort à 5 heures, on doit revenir à 6 heures max. Parce que le ciel est brumeux et gris."

La qualité de l'air à Delhi se détériore chaque année en novembre et en décembre avec le froid et l'absence de vent, d'autant plus que les agriculteurs des États voisins du Pendjab et de l'Haryana brûlent les chaumes pour nettoyer leurs champs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’Inde célèbre Diwali, la fête des lumières hindoue

En Inde, la colère des agriculteurs réprimée par des gaz lacrymogènes

En Géorgie, une procession pour la pureté de la famille en réaction à la journée contre l'homophobie