DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irlande(s) : le Brexit inquiète les frontaliers

Vous lisez :

Irlande(s) : le Brexit inquiète les frontaliers

Irlande(s) : le Brexit inquiète les frontaliers
Taille du texte Aa Aa

A Castleblaney, le long de la frontière entre les deux Irlande, les craintes liées au Brexit sont dans toutes les têtes. Rencontre avec les habitants de cette ville située au sud, en République d’Irlande.

Eamon Devlin, homme d'affaires : "Je pense qu’ils vont mettre en place des contrôles intermittents afin que l’on n’en revienne pas à la contrebande. Il faudra, sinon certains chercheront à jouer sur les deux tableaux en ayant plusieurs adresses numériques (rires). J’ai été élevé le long de la frontière, et on a des bureaux des deux côtés... Le Royaume-Uni a eu tort de quitter l’UE. Chaque homme d’affaires de ce pays vous le dira...

Rencontre avec un fabricant de meubles pour savoir quel impact aurait le rétablissement de la frontière.

Justin Mone, Velstone Solid Surfaces : "Ça voudra dire moins de travail, moins d’emploi, moins d’argent dans l’économie locale et cela impactera la ville. Nous sommes sur une zone frontalière et cela impactera les deux côtés de la frontière. Perso, je viens du Nord et je ne sais pas par quoi se traduira une frontière rétablie. En tout cas, cela pourrait m’empêcher d’aller au travail"

Le patron de cette entreprise de chariots-élévateurs est lui aussi inquiet.

Martin McVicar, PDG de Combilift : "On n’y voit pas plus clair aujourd’hui que le jour du vote, et cette incertitude nuit aux affaires. Ce n’est pas bon non plus pour nos vies personnelles dans ces comtés frontaliers".

Ce transporteur s’interroge aussi.

Kevin McGuire, Carna Transport : "Si la frontière est rétablie, certains de mes ouvriers devront franchir les contrôles 4 fois, juste pour venir travailler, et rentrer chez eux le soir. C’est vraiment absurde !"

Il y a environ 275 points de passage entre les deux Irlande parmi lesquels 250 en pleine campagne.

Commerçants et habitants ont aussi peur que des difficultés économiques rouvrent les plaies de la violence dans la région.

Gus O Gorman, propriétaire de SuperValue, Carrickmacross : "Tout ce qui remettrait en cause la paix et la tranquillité acquise avec les accords du Vendredi Saint il y a 20 ans, serait une tragédie."

Pour Finnbar Daly, PDG d'Enterprising Monaghan : "Le Brexit est un projet politique mais avec des conséquences économiques. On ne sait pas ce qui va se passer. Seul le démantèlement de 45 ans de relations étroites entre l’UE et le Royaume-Uni est certain. Pour la suite, cela pourrait peut-être très bien se passer, mais on n’en sait rien. C’est bien là tout le problème."

La frontière entre les deux Irlande reste le principal point de blocage dans les négociations du Brexit.