DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe Davis: Simon, Paire, Monfils... : pourquoi ils n'y sont pas

Vous lisez :

Coupe Davis: Simon, Paire, Monfils... : pourquoi ils n'y sont pas

Taille du texte Aa Aa

L'équipe de France va se présenter en finale de la Coupe Davis face aux Croates, à Lille dans dix jours (23-25 novembre), sans ses trois meilleurs joueurs au classement mondial: si Richard Gasquet (26e) va manquer le rendez-vous en raison d'une pubalgie, Gaël Monfils (29e) et Gilles Simon (30e) ont eux été écartés par Yannick Noah.

. Gilles Simon, ça ne matche pas

gi

C'est sans doute l'absence la moins compréhensible. "Je sais comment ça marche", avait lâché le Niçois lors du Masters 1000 de Paris, alors qu'il était interrogé sur ses chances d'être appelé par Yannick Noah pour cette finale après y avoir étrillé Lucas Pouille (6-3, 6-4). Quelques jours plus tôt, le joueur avait déjà expliqué à Metz que "pas grand monde" ne venait voir ses matches, un signe qu'il ne rentrait pas dans les plans du capitaine depuis longtemps. Il n'a d'ailleurs jamais été appelé cette saison.

Simon a pourtant signé la meilleure fin de saison des Bleus, avec un titre à Metz, et possède un bilan extrêmement favorable face aux deux meilleurs joueurs croates (6-1 contre Cilic, 2-0 face à Coric). Publiquement, il a accepté sans broncher les choix parfois discutables du capitaine de ne pas le faire jouer lorsqu'il était sélectionné. Si la terre battue n'est pas sa surface de prédilection, le 30e mondial n'a surtout pas l'air d'être dans les petits papiers de Noah. Pourquoi ne pas l'avoir retenu ? "Parce qu'il a une façon de travailler assez loin de la mienne", a détaillé Noah mardi, "on s'en est expliqué tranquillement". "Je pense que Gilles est un bien meilleur joueur sur surface rapide et en indoor que sur terre battue", a ajouté le capitaine.

. Gaël Monfils, le banni ?

Les relations entre Monfils et le capitaine de l'équipe de France n'ont jamais été vraiment fluides, et ce, depuis le début. Sans doute le plus doué des "néo-Mousquetaires", le Parisien de 32 ans, qui n'a plus été convoqué depuis la première sélection de Noah en Guadeloupe il y a deux ans, n'a pas non plus aidé le capitaine. Le schisme entre les deux remonte à 2016, avec le renoncement de dernière minute de "la Monf" avant la demi-finale face aux Croates, à Zadar. Monfils avait déclaré forfait après une chute dans un escalier, ce qui n'avait pas du tout plu à Noah. La confiance semble s'être brisée net depuis. "La Monf" a aussi été souvent blessé, ce qui n'a pas aidé non plus à sa réintégration. Il a d'ailleurs fini sa saison par un abandon en quart de finale à Vienne fin octobre, quelques jours après avoir atteint la finale à Anvers. A-t-il récupéré ? Difficile de savoir. En tout cas, pas une question sur son absence pour la finale lors de la conférence de presse mardi, preuve qu'il n'est même plus un sujet de discussion. Les Bleus se privent toutefois d'un joueur certes difficile à suivre, irrégulier, mais indéniablement talentueux, notamment sur terre battue, et capable d'exploits.

. Paire et Benneteau, les plans B

Les deux n'en sont pas mais Noah les a prévenus: en cas de pépin, ils pourraient devoir rappliquer à la dernière minute.

Si le forfait de Gasquet était intervenu plus tôt, Benoît Paire, 53e mondial, aurait sans doute eu plus de chances d'intégrer le groupe. Mais l'Avignonnais, fatigué à l'issue de sa saison, a lâché les terrains depuis près d'une semaine pour prendre des vacances. Eliminé dès le premier tour du Masters 1000 de Paris, il n'a guère brillé quelques jours plus tard lors du Challenger de Mouilleron-le-Captif, en Vendée, sorti au deuxième tour par le 170e mondial en trois sets. Peut-être le relâchement après l'annonce de la pré-sélection de Noah dans laquelle il ne figurait pas.

Benneteau, lui, était sorti de sa toute récente retraite pour disputer le double de la demi-finale face aux Espagnols. Le futur capitaine de Fed Cup avait livré un match incroyable. Un jubilé parfait. Noah a expliqué mardi avoir hésité entre lui et Pierre-Hugues Herbert pour l'associer avec Nicolas Mahut. "C'était très difficile pour moi de prendre +Bennet'+ alors que Mahut et Herbert étaient en train de se préparer pour le Masters", a-t-il confessé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.