EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Theresa May, un répit dans la tempête

Theresa May, un répit dans la tempête
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Première ministre britannique a obtenu le soutien de plusieurs poids lourds du gouvernement, après la démission de quatre membres du cabinet, jeudi. Le projet d'accord avec l'UE sur le Brexit divise toujours le parti conservateur.

PUBLICITÉ

C'est une bouffée d'oxygène pour la Première ministre britannique. Theresa May a obtenu un répit vendredi avec le soutien de plusieurs poids lourds de son gouvernement. De la part de Brexiters durs mais pas seulement. Ainsi, l'europhile Amber Rudd fait son retour au cabinet avec le portefeuille du travail et des retraites. "Le moment n'est pas au changement de notre dirigeante a-t-elle déclaré. Il est temps de tirer tous dans le même sens, ensemble, de nous rappeler au service de qui nous sommes, qui nous devons aider, c'est-à-dire tout le pays."

L'influent ministre de l'environnement Michael Gove, figure de proue de la campagne pro-Brexit, assure avoir pleine confiance en Theresa May : "Il est vital de nous concentrer sur le meilleur accord et de nous assurer que dans les domaines qui importent, nous pouvons trouver une issue favorable."

Stephen Barclay, avocat eurosceptique remplace Dominic Raab, démissionnaire, au poste de ministre du Brexit. Raab a jeté l'éponge jeudi, avec trois autres membres du gouvernement. Un coup dur pour la Première ministre, de plus en plus isolée depuis qu'elle a décroché mercredi un projet d'accord avec l'UE sur le Brexit. Un vote de défiance au Parlement pourrait être déclenché dès la semaine prochaine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brexit : le chemin de croix de Theresa May continue

Nigel Farage fait volte-face et se présente aux élections britanniques

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service