Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Emirats arabes unis : le Britannique Matthew Hedges gracié

Matthew Hedges
Matthew Hedges
Taille du texte Aa Aa

Il sera bientôt libre... Matthew Hedges, un doctorant britannique qui avait été condamné à la perpétuité aux Émirats arabes unis, a finalement été gracié par le président à l'occasion de la fête nationale. Venu mener des recherches sur la politique étrangère et sécuritaire des Émirats, il avait été arrêté il y a six mois et condamné la semaine dernière pour " espionnage au profit d'un pays étranger ".

" Dans un monde de menaces grandissantes, nous reconnaissons à quel point il est important pour des pays ayant les mêmes sensibilités de travailler ensemble plutôt que l'un contre l'autre, a déclaré Jaber al-Lamki, du Conseil national des médias émiratis. En réponse à la lettre de la famille de M. Hedges demandant la clémence et compte-tenu de la relation historique et des liens étroits entre les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni, son Altesse a décidé d'inclure Matthew Hedges parmi les 785 détenus libérés. M. Hedges sera autorisé autorisé à quitter le pays une fois les formalités remplies. "

Le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, s'est félicité de cette " nouvelle fantastique ", tout en rappelant que le Royaume-Uni niait les accusations à l'encontre de Matthew Hedges. Car si Abou Dhabi a privilégié la sérénité de ses relations avec Londres, les autorités ont répété avoir la preuve que l'étudiant de 31 ans était " un agent des services secrets britanniques ".

Jeremy Hunt a aussi rappelé que d'autres "innocents " britanniques se trouvaient derrière les barreaux à l'étranger, à l'image de la britannico-iranienne Nazanin Zaghari-Ratcliffe. Emprisonnée en Iran, elle est accusée d'avoir conspiré contre le régime.