DERNIERE MINUTE

Manifestation monstre en Géorgie contre la fraude après l'élection présidentielle

Manifestation monstre en Géorgie contre la fraude après l'élection présidentielle
Tous droits réservés
REUTERS/David Mdzinarishvili
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils sont plusieurs dizaines de milliers rassemblés dans les rues de Tbilissi, la capitale géorgienne, pour dénoncer "des élections volées". L'opposition refuse de reconnaître les résultats de l'élection présidentielle. Son chef en exil, Mikheïl Saakachvili dénonce des fraudes électorales organisées par le parti au pouvoir.

Le candidat de l'alliance des partis d’opposition Grigol Vachadzé demande des élections anticipées : "Notre plan est simple. Nous voulons que ce soi-disant gouvernement entende la voix du peuple géorgien. Tout le monde sait que ces élections étaient truquées. Tous les observateurs internationaux le confirment. Nous demandons fermement à rester dans le cadre de la constitution et de la législation géorgienne."

Potentielle "intimidation d'électeurs"

Brièvement ambassadrice de France en Géorgie, puis cheffe de la diplomatie de Mikheïl Saakachvili avant de devenir une de ses plus ardentes opposantes, Salomé Zourabichvili a remporté mercredi l'élection présidentielle avec 59,52% des votes contre 40,48% pour son opposant, Grigol Vachadzé.

Salomé Zourabichvili était soutenue par le parti du Rêve géorgien fondé par Bidzina Ivanichvili, l'homme le plus riche du pays que beaucoup considèrent comme le véritable maître du pays, même s'il s'est officiellement retiré de la politique.

L'ampleur de sa victoire a surpris en Géorgie, alors qu'elle était arrivée au coude à coude avec M. Vachadzé au premier tour et que ce dernier était légèrement en tête des sondages avant le second tour.

"Le second tour du scrutin était concurrentiel et les candidats ont pu faire campagne librement", a noté l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans un rapport publié au lendemain du vote, soulignant toutefois "l'utilisation abusive" des ressources de l'Etat ainsi que la "potentielle intimidation" d'électeurs.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.