DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le charbon nuit à la santé des Polonais

Vous lisez :

Le charbon nuit à la santé des Polonais

Le charbon nuit à la santé des Polonais
Taille du texte Aa Aa

En cette journée glaciale à Katowice, dans le sud de la Pologne, la pollution de l'air est étouffante.

Quelques jours avant l'ouverture de la COP24, ces militants écologistes étaient venus distribuer des masques anti-smog aux passants dans le centre-ville.

Objectif, sensibiliser l'opinion à un fléau auquel les Polonais se résignent depuis des années.

Patryk Bialas, militant écologiste : "Sur les 50 villes les plus polluées de l'Union européenne, 33 sont en Pologne. Et chaque année, environ 600 citoyens de Katowice meurent prématurément à cause de la mauvaise qualité de l'air".

Selon l'Agence européenne pour l'environnement, la pollution de l'air tue 50 000 personnes par an en Pologne.

Le résultat notamment de l'utilisation du charbon pour le chauffage et la cuisine, dans 40% des foyers polonais.

Cet homme nous laisser entrer chez lui et nous montre le fourneau dans lequel l'hiver, il brûle du charbon pour chauffer les deux pièces de son appartement.

"C'est ce qu'il y a de moins cher. Ce n'est pas écologique, mais c'est comme ça."

Le pays compte aussi 5 des 30 centrales à charbon répertoriées comme les plus polluantes et émettrices de CO2 en Europe.

La centrale de Turow, à l'ouest de la Silésie, alimentée par une immense mine de lignite, est parmi les plus toxiques.

Les émissions de particules fines et de poussière de charbon y provoquent de nombreux problèmes de santé, nous dit cet homme, qui travaille pour un sous-traitant de la centrale.

"On le sent dans nos bouches, nos yeux, nos nez, on le voit sur tous nos biens, et partout autour de nous. Voilà à quoi ça ressemble, un jour après qu'on ait nettoyé."

La COP24 est une rare occasion pour les Polonais d'exprimer leurs inquiétudes sur l'environnement et le changement climatique.

Ce rassemblement familial, sous le puis d'une mine désaffectée, dans une ville voisine de Katowice, était un timide début, à l'ouverture du sommet.

Valérie Gauriat, envoyée spéciale d'euronews : "Les citoyens polonais pro-climat auront bien besoin du soutien des défenseurs de l'environnement venus du monde entier à la COP24. Nul doute que la politique énergétique de la Pologne et son puissant lobby du charbon seront l'une de leurs premières cibles européennes."