EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les Nobel de la paix s'insurgent contre les violences sexuelles

Les Nobel de la paix s'insurgent contre les violences sexuelles
Tous droits réservés 
Par Vincent Ménard
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En recevant leur prix, la Yazidie Nadia Murad et le Congolais Denis Mukwege ont lancé un appel à la protection des victimes de violences sexuelles.

PUBLICITÉ

C'est dans le cadre fastueux de l'Hôtel de Ville d'Oslo que la Yazidie Nadia Murad et le Congolais Denis Mukwege ont reçu ce lundi leur Prix Nobel de la paix.

Les deux lauréats ont demandé à la communauté internationale de prendre ses responsabilités, en renonçant à l'indifférence et en protégeant les victimes de violences sexuelles.

Nadia Murad : "Merci beaucoup pour cet honneur, mais il n'en reste pas moins que le seul prix au monde qui puisse restaurer notre dignité est la justice et la poursuite des criminels. Aucun prix ne peut compenser le fait que notre peuple et nos proches aient été tués uniquement parce qu'ils étaient des Yézidis."

Jeune Irakienne âgée de 25 ans, Nadia Murad a été enlevée, violée et torturée par les jihadistes après l'offensive de Daech contre la communauté kurdophone du nord du pays en 2014.

Depuis qu'elle s'est évadée, elle se bat pour que les persécutions contre sa minorité soient reconnues comme un génocide.

Le comité Nobel a aussi honoré cette année Denis Mukwege, un gynécologue de 63 ans surnommé "l'homme qui répare les femmes".

Depuis deux décennies, il soigne les victimes de violences sexuelles dans son hôpital de Panzi, dans l'est de la République démocratique du Congo.

Denis Mukwege : "Les États doivent cesser d'accueillir certains dirigeants en leur déroulant le tapis rouge et ils doivent tracer une ligne rouge contre l'utilisation du viol comme arme de guerre. Cette ligne rouge consisterait à imposer des sanctions économiques et politiques et à traduire ces dirigeants en justice. Faire ce qu'il faut n'est pas difficile, c'est une question de volonté politique."

Comme le veut la tradition, les deux lauréats du Nobel de la paix ont reçu une médaille d'or, un diplôme et un chèque de 9 millions de couronnes suédoises, soit 871 000 euros.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : la prix Nobel de la Paix reçue à l'Elysée

Nobel de la paix : "Docteur miracle" et Yézidie miraculée, même combat !

Les victimes de Marko Rupnik demandent la "justice" et la "transparence"