Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

2018 dans le rétro : le match Trump-UE

2018 dans le rétro : le match Trump-UE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Il avait auparavant affirmé que l'OTAN était obsolète. À son arrivée au siège flambant neuf de l'Alliance atlantique à Bruxelles en juillet 2018, Donald Trump a aussitôt mis la pression sur les autres membres alliés pour qu'ils participent davantage aux dépenses.

"23 des 28 nations membres continuent de ne pas verser autant qu'elles devraient et de ne pas payer ce qu'elles sont censées dépenser pour leur propre défense," a-t-il affirmé.

Donald Trump sous une pluie de critiques

Quelques mois plus tard, une nouvelle pluie de critiques s'abattait sur le président américain.

Donald Trump a commémoré l'armistice de 1918 à Paris, mais a manqué une cérémonie dans un cimetière américain du nord de la France, officiellement pour cause de mauvais temps. Certains y ont vu un manque de respect à l'égard des soldats américains morts au combat.

Alors que la France et l'Allemagne ont milité tout au long de l'année pour la création d'une armée européenne, le président américain a jugé la proposition insultante. Le président français avait souligné que l'Europe devait être moins dépendante des autres.

"Nous protéger des Etats-Unis," dit Macron

"Nous, nous devons nous protéger à l'égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'Amérique," a indiqué Emmanuel Macron.

Et pourtant, les relations ont semblé être au beau fixe entre Donald Trump et Emmanuel Macron qui avait fait le déplacement à la Maison Blanche pour aller au contact.

"Nous avons une relation très spéciale," a indiqué le président américain alors qu'il recevait son homologue français. Il a alors fait un geste inattendu en disant : "En fait, je vais enlever ce petit bout de pellicule [sur la veste d'Emmanuel Macron]... On doit le rendre parfait, il est parfait !" a-t-il lancé.

Emmanuel Macron a poursuivi en le remerciant sobrement : "M. le Président Trump, je veux vous remercier, vous et votre pays, - vos concitoyens - pour cet accueil très chaleureux."

Le lourd dossier des taxes

La politique "America First" a fait des étincelles dans l'Union européenne en 2018 avec la taxation des importations de métaux européens. On a parlé de guerre commerciale.

"L'Union européenne a été terrible avec les Etats-Unis sur le commerce, elle a été terrible pour nos travailleurs," a assuré Donald Trump.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker voulait maintenir les exemptions de taxes sur les métaux européens. Alors qu'il tenait une conférence de presse, l'un de ses collaborateurs lui a apporté la réponse du président américain : "C'est non... Comme attendu," avant de lancer aussitôt à l'assistance : "Où en étais-je ?" comme pour minimiser ce nouveau soubresaut dans les relations de l'UE avec les Etats-Unis.

L'Union européenne a riposté en taxant de célèbres motos américaines et des dizaines d'autres produits américains.

Donald Tusk hausse le ton

Donald Tusk, le président du Conseil européen, a alors critiqué vertement Donald Trump en s'interrogeant lors d'une prise de parole : "On pourrait même se dire qu'avec des amis pareils, qui a encore besoin d'ennemis ?"

L'administration américaine menaçant d'imposer d'autres taxes notamment sur les voitures européennes, le président de la Commission s'est rendu à la Maison Blanche pour tenter de calmer les choses. à l'issue de sa rencontre avec Donald Trump, voici ce qu'il déclarait : "J'avais l'intention de conclure un accord aujourd'hui et on l'a conclu. Nous allons suspendre l'instauration de nouvelles taxes et réévaluer celles qui existent sur l'acier et l'aluminium," a-t-il indiqué.

L'Union européenne espère que 2019 lui réservera moins de tempêtes transatlantiques.