DERNIERE MINUTE

2018 dans le rétro : une année de tensions commerciales

2018 dans le rétro : une année de tensions commerciales
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est Donald Trump, le président américain, qui à coup de tweets et de droits de douane a impulsé une tension commerciale au monde, auquel il n'était plus habitué depuis l'après-guerre.

"Les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner !"

"Les droits de douanes sont les meilleurs"

"Nous sommes la tirelire dans laquelle tout le monde se sert" et enfin "Je suis un homme de droits de douanes ! Quand des gens ou des pays viennent dévaliser la formidable richesse de notre nation, je veux qu’ils paient pour le privilège de faire cela."

En 2018, Donald Trump a débuté une guerre commerciale à échelle globale. Il annoncé le retrait américain de l’Alena, imposé des droits de douane sur les produits en provenance de l’UE et appliqué des taxes sur des milliards de dollars d’importations chinoises.

La montée des droits de douane

Entre la Chine et les Etats-unis, 2018 a été marquée par des représailles commerciales mutuelles à coup de droit de douane. Il aura fallu attendre le G20 en Argentine pour que les leaders des deux pays s’assoient à la même table et que les investisseurs retrouvent l’espoir d’une négociation.

C’est le même optimisme prudent qui a prévalu cet été, après que Donald Trump ait reçu Jean-Claude Juncker. Le président de la Commission européenne s’était rendu à Washington après que les Etats-Unis aient imposé des droits de douane sur l’acier et l'aluminium et menace d’en faire autant pour l’industrie automobile du continent.

Le nouvel accord Etats-Unis/Mexique/Canada qui vise à remplacer l’ALENA après le retrait américain a été le seul accord commercial permanent signé cet année par Donald Trump.

L'avertissement du FMI

Mais un seul accord pour trois conflits commerciaux ouverts n’ont pas aidé à l’équilibre de l’économie mondiale. La croissance a ralenti en 2018. Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international a clairement alerté sur les dangers du protectionnisme :

"Aujourd’hui plus que jamais et comme la crise de 2008 l’a démontré, ce qui se passe dans un pays peut impacter tous les autres pays. Réfléchissez-y : des armes de destruction massive à la cyber-sécurité, en passant par le système financier interconnecté, beaucoup des défis actuels ne connaissent aucune frontière. Donc, quand le soutien à la coopération internationale flanche, nous devons nous souvenir de la leçon que les Etats-Unis et leurs alliés ont enseigné au monde il y a 75 ans : la solidarité va dans l’intérêt de chacun", a t'elle déclaré en forme de plaidoyer pour le libre-échange.

Si on se souviendra de 2018 comme une année de tensions commerciales, 2019 devrait être une année où les les pays reviendront à la table des discussions.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.