DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Colombie: des milliers de manifestants pour la démission du procureur général

Colombie: des milliers de manifestants pour la démission du procureur général
Taille du texte Aa Aa

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bogota et dans plusieurs autres villes de Colombie pour réclamer la démission du procureur général, accusé d'implication dans le scandale de corruption lié au groupe brésilien Odebrecht.

Le procureur, Nestor Humberto Martinez, est la cible de demandes de démission depuis que des articles de presse ont affirmé en décembre qu'il avait été au courant d'activités irrégulières du groupe brésilien de BPT alors qu'il était l'avocat de l'entreprise Corficolombiana, associée d'Odebrecht en Colombie, et qu'il ne les avait pas dénoncées.

Les manifestants ont défilé dans les principales villes colombiennes avec des pancartes proclamant "La Colombie veut la démission du procureur" et en scandant "Dehors!" et "Corrompu!".

"Nous sommes fatigués qu'il y ait autant de corruption, qu'il n'y ait pas de justice", a déclaré à l'AFP Rafael Guerrero, un administrateur de sociétés qui participait à la manifestation de Bogota.

Des rassemblements pour la démission du procureur général ont aussi eu lieu à Medellin, dans le nord-ouest, à Baranquilla, dans le nord, et dans d'autres capitales départementales.

A la suite d'une mobilisation similaire au Pérou, le ministère péruvien de la Justice a accepté le 8 janvier la démission du procureur général Pedro Gonzalez Chavarry.

Ce dernier avait tenté de destituer une équipe d'enquêteurs qui travaillaient sur une affaire de corruption liée à Odebrecht et impliquant de hautes personnalités péruviennes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.