PUBLICITÉ

Honduras : une nouvelle caravane de migrants sur le départ

Honduras : une nouvelle caravane de migrants sur le départ
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une nouvelle caravane de migrants honduriens s'est constituée. Destination : le Mexique ou les Etats-Unis. La présence de l'armée américaine à la frontière mexicaine a été prolongée

PUBLICITÉ

Au Honduras, des centaines de personnes se sont rassemblées lundi au nord-est du pays en vue de former une nouvelle caravane de migrant.

Parmi les candidats au départ : de nombreuses familles avec enfants prêtes à traverser toutes les frontières pour fuir la misère et la violence qui gangrène le Honduras.

Salma Moncada, migrante hondurienne : "J'irai partout où il y aura des opportunités. S'il y a un emploi au Mexique, je resterai au Mexique ou au Guatemala. Sinon c'est directement aux États-Unis."

En octobre dernier près de 2000 personnes avaient déjà fui le Honduras pour se rendre au États-Unis, provoquant de vives tensions avec Washington à la frontière mexicaine.

L'occasion pour Donald Trump d'exiger la construction de "son" mur pour limiter les intrusions.

En attendant, lundi, le gouvernement américain a prolongé de six mois le déploiement de militaires à la frontière avec le Mexique, pour soutenir les garde-frontières face à l'arrivée de migrants.

Selon l'ambassade du Honduras à Mexico, seuls 3% des quelque 2.500 migrants honduriens massés dans des refuges au Mexique ont une chance de pouvoir passer aux États Unis. Le ministère hondurien des affaires étrangères estime que 7270 membres des caravanes sont rentrés au pays. Entretemps, onze d'entre eux sont morts durant leur périple.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Honduras : l'anniversaire de l'indépendance marqué par des affrontements

Elections européennes : que veulent les électeurs et que promettent les candidats

L'utilisation par Israël d'armes américaines a "probablement violé le droit international"