DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lyon: l'avenir de Genesio en suspens

Lyon: l'avenir de Genesio en suspens
Taille du texte Aa Aa

"Pas une bonne solution d'attaquer la discussion dès maintenant". Le président lyonnais Jean-Michel Aulas a prévenu: le moment n'est pas opportun pour évoquer l'avenir de son entraîneur Bruno Genesio, en fin de contrat en juin et impatient d'éclaircir sa situation.

D'autant plus qu'au moment d'affronter Toulouse (19H00), mercredi en match en retard de la 17e journée, Lyon vient d'être éliminé en coupe de la Ligue par Strasbourg (2-1) défaite dont Aulas était très déçu bien qu'il s'en défende, puis de concéder le nul (1-1) contre Reims, deux matches disputés au Groupama stadium.

- Urgent d'attendre -

Il est donc urgent d'attendre même si le sujet sera le fil rouge de la seconde moitié de saison.

"Sans être dans une mauvaise spirale, nous n'avons pas débuté l'année dans les meilleures conditions. Je sais que la pression extérieure, qu'elle soit médiatique ou celle des supporters, est toujours plus forte quand il y a un doute sur un certain nombre de résultats", a confié JMA au quotidien l'Equipe, lundi.

"Je me suis mis d'accord avec Bruno pour qu'on discute en fin de saison à partir d'objectifs, déjà en partie atteints. Je suis très satisfait de lui. C'est un très bon entraîneur qui a la confiance des dirigeants et des joueurs. Il n'y a aucune raison que lui et l'encadrement ne soient pas reconduits", a ajouté le président lyonnais.

"Regardez Rudi Garcia (à Marseille), il a signé un contrat de longue durée et quelques mois après, il est en difficulté", a-t-il aussi fait remarquer sur OLTV, la chaîne du club où, lors d'une émission le 9 janvier il répondait déjà à un téléspectateur "qu'il n'était pas opportun d'engager les négociations" avec son entraîneur.

"Ce serait une trop forte pression par rapport aux objectifs", avait-il encore justifié.

- Genesio sous pression -

Une manière de louer les qualités de Genesio, en poste depuis trois ans, mais aussi de maintenir sous pression ses joueurs et son entraîneur qui, lui, aimerait connaître son avenir au plus vite alors que son contrat arrive à terme au 30 juin prochain.

Ce dernier, âgé de 52 ans et sans agent, se voit bien être sur un banc à Lyon ou ailleurs. Et pas à la Direction technique nationale où plusieurs anciens techniciens de l'OL sont passés, comme l'actuel DTN Hubert Fournier, ou Raymond Domenech, alors que Jacques Santini a dirigé l'équipe de France.

"Je n'ai pas de pression ni dans un sens ni dans l'autre, je l'ai déjà dit. Il faudra à un moment donné, à la fois pour le club et moi-même, que l'on sache ce que l'avenir nous réserve. C'est important de le savoir assez tôt", a souligné le technicien jeudi en conférence de presse.

Avant le mois de mai ? "Ah oui, avant le mois de mai car en mai, la saison est finie", avait-il ajouté, souriant. Surtout s'il doit quitter l'OL.

Avec Aulas, "on discutera comme nous le faisons tout le temps", a-t-il ajouté.

- Trio efficace -

Alors qu'une frange d'anti-Genesio chroniques aimerait plutôt voir arriver un technicien renommé plus digne, selon eux, du standing de l'OL, Jean-Michel Aulas (69 ans), même s'il n'est pas pressé, paraît vouloir opter pour la continuité.

Au cours de ses 32 ans de présidence, seuls onze entraîneurs se sont succédé à Lyon.

Avec Genesio mais aussi Florian Maurice, recruteur en chef, Aulas a constitué un trio efficace convenant très bien à son omnipotence.

"Qu'est-ce qu'un grand entraîneur ? Pour moi, c'est un coach qui correspond à l'ADN et à la configuration du club. La relation avec les joueurs et celle avec les dirigeants sont deux critères primordiaux et Bruno répond à cela", a-t-il affirmé sur OLTV.

Ces critères plaideraient pour une prolongation. A condition de terminer sur le podium en championnat et de retrouver la Ligue des Champions la saison prochaine...

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.