DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tessa Ganserer, première députée allemande transgenre

Tessa Ganserer, première députée allemande transgenre
Taille du texte Aa Aa

Premier responsable politique transgenre en Allemagne, Markus Ganserer s'apprête à créer une page d'histoire dans son pays en siégeant bientôt sous son nom de femme Tessa dans une institution allemande, le parlement régional de bavière. S'exprimant longuement devant la presse, sous sa nouvelle apparence physique, elle a notamment réclamé un allègement des procédures pour changer de sexe à l'état civil.

"Je ne fais pas ça pour m'amuser" et "je n'ai pas décidé de devenir une femme, je suis une femme!", a expliqué la quadragénaire à Munich.

"Il faudrait qu'à l'avenir, il soit possible que le sexe enregistré à la naissance puisse être changé à l'état civil sur demande de la personne", a-t-elle plaidé.

En Allemagne, une loi des années 80 stipule qu'il faut deux expertises psychologiques pour pouvoir prétendre à un changement de nom sur ses papiers d'identité.

"L'identité sexuelle est un droit de l'Homme", a-t-elle encore défendu lors de la conférence de presse.

Tessa Ganserer devra encore patienter avant de disposer de papiers d'identité sous son nouveau nom. Mais sa carte de transports en commun a déjà pu être modifiée et sa banque étudie la possibilité de changer le nom du titulaire du compte.

Perruque de longs cheveux blonds, maquillage soigné et veste sombre, Tessa Ganserer a décidé d'apparaître ainsi au parlement régional de Bavière où elle siégeait jusqu'ici sous son nom de Markus Ganserer, après avoir été réélue sous l'étiquette écologiste. Les photos d'alors le montrait légèrement barbu et portant des vestons.

Désormais, ses collègues devront l'appeler "Madame la députée" et elle sera enregistrée sous ce nom après avoir reçu un soutien ferme de la présidente de l'institution, Ilse Aigner. Cette dernière a jugé la démarche "courageuse et éminemment personnelle".

Coming out

Tessa Ganserer avait fait son "coming-out" sur les réseaux sociaux il y a quelques semaines en souhaitant être désormais une femme politique, épouse et mère de deux enfants.

Une décision qui n'est pas passée inaperçue dans la très conservatrice et catholique Bavière, dominée par l'Union chrétienne-sociale (CSU), parti allié aux démocrates-chrétiens d'Angela Merkel.

La CSU défend en effet des positions très conservatrices sur les questions de société et fut par exemple opposée au mariage homosexuel en 2017.

Désormais, Tessa Ganserer entend se battre pour une meilleure reconnaissance des personnes transgenres.

Lors de la première séance plénière de l'année, qui s'ouvre le 23 janvier, la responsable écologiste se présentera pour la première fois à ses collègues en tant que Tessa.

La présidente du parlement bavarois a reconnu récemment qu'un certain temps serait peut-être nécessaire pour s'habituer à voir Tessa Ganserer s'asseoir à la place de Markus.

D'ailleurs, un élu du Parti libéral FDP apercevant l'élue écologiste s'est exclamé : "Vous jouez à quoi ici ? La dragqueen ?", rapportait récemment le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Son histoire

Tessa Ganserer a assuré au journal bavarois s'être "découverte" femme il y a dix ans lorsque Markus s'est regardé dans le miroir, vêtu d'une robe d'été.

Durant une décennie elle a tâtonné : homme, père, mari, femme, mère. Aujourd'hui ses doutes se sont envolés au point qu'elle a annoncé à ses deux fils de 11 et 6 ans : "Maintenant je serai toujours comme ça".

"Les enfants n'ont pas de préjugés. Si on leur présente le monde de manière amicale, ils l'acceptent tel qu'il est", a assuré cette femme qui affirme également ne pas vouloir subir d'opération de changement de sexe.

Dernier geste symbolique, Tessa a rempli des sacs de cravates, chemises et vestons. Et donné les vêtements de Markus à un ami.