DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dopage JO-2012: le lutteur Modzmanashvili, médaillé d'argent, positif au turinabol

Dopage JO-2012: le lutteur Modzmanashvili, médaillé d'argent, positif au turinabol
Taille du texte Aa Aa

Le lutteur Davit Modzmanashvili, médaillé d'argent en lutte libre (moins de 120 kg) aux Jeux olympiques de Londres en 2012, a été contrôlé positif au turinabol (stéroïde) après des réanalyses d'échantillons, a annoncé jeudi le Comité international olympique (CIO).

Modzmanashvili, 32 ans, a représenté la Géorgie aux JO-2012 à Londres, avant de passer sous les couleurs de l'Ouzbékistan en 2017.

Il avait été suspendu de 2008 à 2010 pour dopage et avait été contraint de rendre son titre européen de 2008. Il avait également été suspendu en 2016 pour usage de meldonium, mais avait ensuite été blanchi.

Le CIO avait annoncé début novembre que de nouvelles réanalyses d'échantillons des JO-2012 étaient en cours, faisant "appel aux méthodes scientifiques les plus récentes".

Confiées à l'Agence de contrôles internationale (ITA), elles vont se poursuivre en 2019, alors que le délai de prescription sera atteint en 2020.

Ce programme de réanalyses a permis de révéler plus d'une cinquantaine de cas positifs, et de retirer une vingtaine de médailles des JO-2012, alors que pendant les Jeux, seulement une dizaine de cas positifs avaient été révélés.

Fin décembre, la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF) avait annoncé cinq cas positifs après réanalyses des JO-2012, dont l'Ukrainien Oleksiy Torokhtiy (testostérone), champion olympique dans la catégorie des 105 kg, et l'Azéri Valentin Hristov (testostérone), médaillé de bronze.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.