Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Venezuela : Juan Guaido reconnu par les USA et dix Etats sud-américains

Venezuela : Juan Guaido reconnu par les USA et dix Etats sud-américains
Tous droits réservés
Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une grande marche pour la liberté et la démocratie... Des dizaines de milliers de Vénézuéliens ont répondu à l'appel de l'Assemblée nationale, contrôlée par l'opposition, à défiler dans le centre de Caracas.

A leur tête, le président du parlement, Juan Guaido, qui s’est déclaré président par intérim devant la foule : "Je jure d'assumer tous les pouvoirs de l'exécutif national en tant que président par intérim du Venezuela", a t-il lancé devant une foule surchauffée.

L'opposition prend donc le pouvoir, pour l'instant pacifiquement, après des mois de naufrage économique, une répression politique de plus en plus marquée et un président, Nicolas Maduro, qui vient d'entamer un second mandat. Son élection, boycottée par ses adversaires, a été marquée par de nombreuses accusations de fraude.

Donald Trump a immédiatement dit qu'il reconnaissait officiellement Juan Guaido comme président par intérim... Suscitant une vive réaction du régime.

"J'ai décidé, a déclaré à ses supporters un Nicolas Maduro plus vigoureux que jamais, de rompre les relations diplomatiques et politiques avec le gouvernement impérialiste des États-Unis. Hors du Venezuela, assez d'interventionnisme, il y a de la dignité ici ! Il y a des gens pour défendre cette terre"!

Plusieurs Etats américains ont emboîté le pas aux Etats-Unis : Canada, Brésil, Argentine, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Panama, Paraguay et Pérou.

L'Union Européenne s'est contentée pour sa part d'appeler à des "élections libres et crédibles".

Maduro, qui n'est plus réellement soutenu diplomatiquement que par la Russie, Cuba et la Bolivie, peut compter au Venezuela sur le soutien de l'armée, mais pour combien de temps encore ? L'opposition, tous les jours, à chaque rassemblement, appelle les forces de sécurité à la rejoindre.