DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: huis clos total du Vélodrome, Marseille encore touché

Taille du texte Aa Aa

Crise ouverte, tribunes fermées. En plein déboires sportifs, Marseille a connu un nouveau lourd revers lundi, avec le huis clos total de son stade à titre conservatoire décidé par la Ligue (LFP), après qu'un pétard a interrompu vendredi le match contre Lille.

"En raison de la nature et de la gravité des faits, la Commission (de discipline) décide de mettre le dossier en instruction et pendant la durée de celle-ci, à titre conservatoire, de prononcer un huis clos total du Vélodrome", a indiqué l'instance disciplinaire, qui s'est réunie de manière exceptionnelle lundi.

La liste des difficultés marseillaises s'allonge de semaine en semaine, et a de quoi rendre plus nerveux dirigeants et supporters, déjà en conflit.

Huitième du Championnat, à neuf points du podium, l'OM devrait jouer dans un stade vide contre Bordeaux le 5 février, en match en retard de la 18e journée, voire contre Amiens le 16, si l'instruction venait à se prolonger.

Mais l'image, désolante, du stade Vélodrome vidé de ses spectateurs est déjà connue, illustrant l'écart grandissant entre fans et direction.

Les Phocéens ont ainsi débuté leur campagne de Ligue Europa contre Francfort le 20 septembre, à huis clos, en raison d'une série d'incidents la saison précédente en C3, notamment l'abus de fumigènes par ses supporters avant le coup d'envoi de la finale perdue contre l'Atlético de Madrid à Lyon (3-0).

Pour les deux autres matches continentaux, le huit clos total s'est transformé en huis clos partiel, pour les virages nord et sud uniquement.

- Un précédent à Metz -

Contre Lille, ce n'est pourtant pas des virages frondeurs, qui ont lancé plusieurs messages hostiles envers la direction durant le match, mais de la tribune Ganay qu'a été lancé le pétard.

A la 57e minute, un projectile a éclaté près de Kevin Strootman et Jordan Amavi, et de l'arbitre assistant, sur la ligne de touche, provoquant l'arrêt du match de Ligue 1 pendant plus de 35 minutes.

"Je l'ai reçu sur le dos, après il tombe et il explose à côté de mon pied", a décrit Amavi, qui a pu terminer le match comme les deux autres intéressés.

Le club phocéen a porté plainte contre X samedi. Aucune identification n'a été possible dans la foule, a-t-on appris dimanche de source proche du dossier. Mais le procureur était présent au match.

Le dernier incident de ce genre en Ligue 1 remonte à fin 2016, mais était plus grave puisque le gardien de Lyon, Anthony Lopes, avait été blessé par un pétard, à Metz.

Le club lorrain avait écopé d'un retrait de trois points, dont un avec sursis, en première instance, transformés en trois points avec sursis en appel. La tribune concernée avait également été fermée plusieurs matches et deux supporters avaient été condamnés en justice.

Un épisode similaire a également éclaté à Marseille le 23 mai 2015, à l'occasion de la réception de Bastia pour la dernière journée de la saison (3-0), des jets de pétards et de projectiles interrompant à deux reprises le match.

L'OM avait été frappé d'une fermeture de tribune pour deux matches pour la saison suivante, et les supporters corses interdits de déplacement dans la ville pour l'affrontement suivant.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.