Un rapport dénonce les liens entre guerre et famine

Un rapport dénonce les liens entre guerre et famine
Tous droits réservés REUTERS/Khaled Abdullah
Par Raphaelle Vivent
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial estiment que 56 millions de personnes sont touchées par la famine en raison de conflits.

PUBLICITÉ

56 millions de personnes ont un besoin urgent de nourriture et d'assistance matériel ... c'est le constat alarmant d'une étude menée par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Cinq pays concentrent l'essentiel des famines : l'Afghanistan, le Yémen, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo et la République Centrafricaine.

Les cinq zones les plus touchées et le nombre de personnes souffrant de malnutrition.

Le bassin du lac Tchad, la Somalie et la Syrie sont également touchés, même si selon le rapport, la situation s'est légèrement améliorée grâce à un renforcement de la sécurité.

Ces huit zones sont depuis des années ravagées par les conflits. Pour le président du Programme alimentaire mondial, David Beasley, cette étude "montre une fois encorele lien tragique entre guerre et famine".

Le rapport appelle toutes les parties des conflits à favoriser l'accès aux zones de guerre et à respecter les travailleurs humanitaires. Ces derniers subissent régulièrement des attaques : en 2018, plus de 100 travailleurs humanitaires ont perdu la vie en mission.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi les armées européennes peinent-elles à étoffer leurs troupes ?

À Gaza, la guerre est aussi contre les journalistes

En Ukraine, les soldats interceptent des communications radio des Russes