DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nayib Bukele, 37 ans, élu président du Salvador

Nayib Bukele, 37 ans, élu président du Salvador
@ Copyright :
REUTERS/Jose Cabezas
Taille du texte Aa Aa

C'est le nouveau visage du Salvador, Nayib Bukele a été élu président. Dès le premier tour de l'élection, le candidat de la coalition conservatrice Grande alliance pour l'unité (Gana) l'a emporté avec environ 53 % des voix, après dépouillement de 90 % des suffrages.

Ses principaux adversaires ont reconnu la victoire du jeune et ancien maire de San Salvador qui devient ainsi le 6e président depuis 1992 et la fin de la guerre civile qui avait duré une douzaine d'années. Et il s'est donné pour mission de rompre avec la la violence des gangs criminels et la misère dans les 5 ans de son mandat présidentiel unique.

Il devra compter avec une majorité parlementaire détenu par le parti de droite Arena. Le candidat de ce parti était le richissime homme d'affaires Carlos Calleja, 42 ans, dirigeant d'une grande chaîne de supermarché. Il a talonné Nayib Bukele dans les sondages pendant toute la campagne. Mais il n'est donc pas parvenu à casser l'image de corruption qui pèse sur son parti. Il avait déjà échoué à la présidentielle de 2009.

Plus de 5 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dans ce pays de 6,6 millions d'habitants. C'est le pays le plus petit mais le plus densément peuplé d'Amérique centrale et un tiers de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté.

La violence endémique et la misère poussent chaque année des milliers de Salvadoriens à fuir leur pays. Ils ont été ainsi plus de 3 000 à prendre la route en "caravane" vers les Etats-Unis à l'automne dernier, au grand dam de Donald Trump.

En 2018, 3340 meurtres ont ensanglanté le pays (51 pour 100 000 habitants), ce qui situe toujours le Salvador, en dépit d'une baisse de 15% des homicides par rapport à l'année antérieure, parmi les pays les plus violents au monde en dehors des zones de guerre. La majeure partie de ces meurtres, selon les autorités, sont le fait des bandes criminelles qui regroupent 70 000 membres, dont 17 000 sont derrière les barreaux.

_L'économie aujourd'hui "dollarisée" du Salvador a certes enregistré l'année dernière sa plus forte croissance des cinq dernières années à 2,6 %, mais cela est insuffisant pour faire face à la croissance de la population active et pour revaloriser les salaires. _