DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moscou : une marche pour la liberté d'Anastasia Shevchenko

Moscou : une marche pour la liberté d'Anastasia Shevchenko
Taille du texte Aa Aa

Un coeur noir à la boutonnière, des centaines de personnes, en majorité des femmes, ont défilé dans le centre de Moscou pour soutenir Anastasia Shevtchenko, une militante de l'organisation "Open Russia", financée par le milliardaire en exil Mikhaïl Khodorkovski. Arrêtée le mois dernier, cette mère de famille risque jusqu'à 6 ans de prison. Pour l'organisation russe des droits de l'homme "Memorial", Shevchenko est un prisonnier politique.

"Elle n'a rien fait d'autre que d'essayer de faire connaître sa position politique par le biais de certaines organisations contestées, de certains postes sur les réseaux sociaux. Pour cela, elle a été arrêtée et assignée à résidence, et même après la mort de son enfant, elle est restée assignée à résidence" Ulya Galyamina, l'une des organisatrices de la marche.

Colère de ces femmes

Fin janvier, la fille d'Anastasia, âgée de 17 ans, a été transférée en soins intensifs dans hôpital local. Sa mère - elle n'a pas été autorisée à lui rendre visite avant les derniers moments de sa vie. Une injustice a l origine de la colère de ces femmes... et de cette marche.

La décision d'organiser cette marche de colère maternelle a été prise lorsque la fille d'Anastasia Shevchenko est morte. Les participants réclament la fin de la répression politique et la fin de la prise d'enfants en otage, explique notre correspondante Galina Polonskaya.

Cette histoire a choqué beaucoup de gens, et même si la marche n'a pas été autorisée, des gens de tous âges sont descendus dans la rue pour exprimer leur opinion et dire que les autorités sont allées trop loin.

"Persécution des militants"

"Bien sûr, je voudrais que Shevchenko soit libérée et qu'il soit mis fin à la persécution des militants de "Open Russia", mais il faut faire quelque chose contre ces lois horribles et les articles du code pénal qui, ces dernières années, se sont propagés comme un fléau dans l'espace juridique russe et permettent à presque tout le monde d'être arrêté pour quoi que ce soit", déplore l'une des manifestantes.

Les manifestants ont chanté le slogan "le FSB est l'ennemi de son propre peuple" et ont tenu des pancartes demandant la liberté pour Anastasia Shevchenko.