DERNIERE MINUTE

La Pologne n'est pas en Israël, Netanyahu défend son ministre

La Pologne n'est pas en Israël, Netanyahu défend son ministre
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les drapeaux sont toujours là, mais la réunion n'aura pas lieu. Le sommet des pays d'Europe centrale prévu aujourd'hui en Israël a été annulé, la Pologne décidant de ne pas y participer. En cause, les accusations du tout nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, sur la collaboration des Polonais avec les Nazis.

De quoi refroidir le Premier ministre polonais : "Les paroles du ministre israélien des Affaires étrangères sont racistes et inacceptables... La Pologne est le pays qui a le plus souffert, avec les Juifs et les tziganes, pendant la seconde guerre mondiale. "

Les autres participants du sommet de Visegrad, la Hongrie, la Slovaquie et la République Tchèque, se rencontreront malgré tout en Israël, mais lors de discussions bilatérales.

"La Pologne a souhaité répondre à ces déclarations en annulant le sommet de Visegrad en Israël et nous la soutenons, a déclaré Miroslav Lajcak, chef de la diplomatie slovaque. Le sommet est donc repoussé au second semestre 2019. Pour nous c'est l'expression de la solidarité du groupe de Visegrad à Israël."

Le Premier ministre israélien qui avait nommé son chef de la diplomatie la veille des propos polémiques, a refusé de le désavouer, dénonçant au contraire sur la montée de l'antisémitisme.

"On assiste à un nouveau genre d'antisémitisme, a dit Benjamin Netanyahu_. Les efforts malveillants visent à diaboliser l’État juif privent le peuple juif - et seul le peuple juif - du droit à l’autodétermination dans notre patrie ancestrale. Nous devons le dire très clairement, l'antisionisme est la nouvelle forme d'antisémitisme. D'où que ça vienne."_

Selon Bruxelles, 85% des Juifs d'Europe sont de plus en plus inquiets. Les actes antisémites ont bondi de 74 % en France en 2018, par rapport à 2017. Les antisémites et les nostalgiques du nazisme sont décomplexés, à l'image de ces manifestants en Bulgarie, défilant avec des bâtons enflammés le 16 février dans les rues de Sofia.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.