DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2024: le breakdance, dernier petit nouveau au programme olympique

JO-2024: le breakdance, dernier petit nouveau au programme olympique
Taille du texte Aa Aa

Le breakdance rejoindra la famille des sports au programme des Jeux olympiques à l'été 2024, dernier petit nouveau d'une longue liste, à condition que la proposition de Paris-2024 soit validée par le Comité international olympique.

L'escalade, le surf et le skate, qui figurent également dans la liste de sports additionnels présentée par le Comité d'organisation (Cojo) jeudi, feront leur apparition à Tokyo-2020. Ils viennent compléter les 28 sports fixes.

. Des sports historiques

A la création des Jeux olympiques de l'ère moderne en 1896 à Athènes, neuf sports étaient présents: athlétisme, cyclisme, escrime, gymnastique, haltérophilie, lutte, natation, tennis et tir.

Sur ces neuf disciplines, huit n'ont jamais quitté les JO, ou à de très rares occasions. Seul le tennis a disparu après Paris en 1924 pour une réapparition tardive en 1988 aux JO de Séoul.

D'autres sports historiques des JO ont fait très rapidement leur apparition au programme avant la Première Guerre mondiale, sans quitter l'événement par la suite, ou très brièvement. C'est notamment le cas de l'équitation, de l'aviron ou de la voile, absents en 1896, mais présents dès 1900. Ou du hockey sur gazon à partir de 1908.

Le programme de dix-sept sports au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à Londres en 1948 a progressivement grandi, avec par exemple les ajouts du volley-ball en 1964, du handball en 1972, du badminton en 1992 ou du triathlon en 2000, pour atteindre le nombre de 28 en 2016 à Rio, avec le golf et le rugby à VII.

. Des disciplines en plus

A l'intérieur de ces 28 sports, des disciplines sont venues s'ajouter au fur et à mesure, comme par exemple la gymnastique rythmique à partir de 1984 à Los Angeles, ou le trampoline en 2000, toutes deux rattachées à la gymnastique.

De même, le BMX a intégré les disciplines de cyclisme à partir de Pékin en 2008, tout comme le VTT à partir d'Atlanta en 1996.

En 1992, le canoë-kayak, au programme olympique depuis 1936 avec les courses en ligne, a ajouté le slalom (après une première tentative en 1972), la discipline du président de Paris-2024, Tony Estanguet, triple champion olympique (2000, 2004, 2012) en C1.

Le dernier ajout de la sorte concerne le basket puisque, en plus du tournoi classique au programme depuis Berlin-1936, le CIO a ajouté le tournoi 3x3 pour les Jeux à Tokyo dans un an et demi.

Dans cette logique, d'autres disciplines rattachées aux 28 sports frappent à la porte, comme le parkour, discipline de franchissement d'obstacles en milieu urbain, membre de la Fédération internationale de gymnastique.

. Des sports additionnels

Avec l'adoption à l'automne 2014 de l'Agenda 2020, programme visant a réduire les coûts d'organisation des JO, le CIO permet, au-delà des 28 fédérations olympiques, à des sports de s'ajouter au programme, pour une seule édition, à compter des Jeux 2020 de Tokyo.

Ces sports additionnels, proposés par le Comité d'organisation n'ont aucune garantie d'être prolongés pour l'édition suivante des Jeux.

C'est ainsi que le karaté, l'escalade, le skate et le surf feront leur apparition dans la famille olympique à l'été 2020 à Tokyo, pour un "one shot" à renouveler tous les quatre ans.

Le baseball, et son pendant féminin le softball, très populaire au Japon, est également présent à Tokyo-2020, mais a été retoqué par Paris-2024, tout comme le karaté.

Parmi ces sports additionnels, le CIO a accordé ses faveurs ces dernières années aux sports pouvant attirer un public plus jeune: skateboard, escalade, surf, et désormais breakdance.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.