Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pédophilie : le pape appelle à prendre des "mesures concrètes et efficaces"

Pédophilie : le pape appelle à prendre des "mesures concrètes et efficaces"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A l'ouverture du sommet inédit sur la lutte contre la pédophilie dans l'Eglise, jeudi, au Vatican, le pape François a réclamé des mesures "concrètes et efficaces". Ces trois jours sont destiné à convaincre les chefs de l'Eglise catholique dans le monde de leur responsabilité individuelle face aux agressions sexuelles sur mineurs, dont les victimes en colère réclament un électrochoc et la tolérance zéro.

"Le peuple de Dieu nous regarde et attend de nous non pas de simples et évidentes condamnations, mais de préparer des mesures concrètes et efficaces", a dit le souverain pontife en donnant le coup d'envoi du sommet. "Il faut du concret", a-t-il martelé, en s'écartant d'un texte préparé à l'avance.

"Entendre le cri des petits"

"Face au fléau des agressions sexuelles perpétrées par des hommes d'Eglise à l'encontre de mineurs", il a demandé aux 190 participants d'entendre "le cri des petits qui demandent justice". L'Eglise, dont la crédibilité a été sévèrement entachée en 2018 par la révélation de nouveaux scandales à grande échelle, au Chili, aux Etats-Unis ou encore en Allemagne, sait qu'elle doit agir au risque de couler.

La réunion vise à réveiller les consciences dans les rangs de l'Eglise avec une méthode collégiale éducative, faite de discours, de petits groupes linguistiques de travail, entrecoupés de prières mais aussi de témoignages de victimes du clergé.

Mieux éduqués et sensibilisés, les 114 présidents des épiscopats venus de tous les continents devraient rentrer chez eux avec des idées claires à transmettre à leur tour aux évêques et prêtres, juge le pape François, qui sait que certains épiscopats -notamment en Asie et en Afrique- sont encore dans un profond déni sur les violences faites aux mineurs.

"Affronter ce mal"

Jeudi, François leur a demandé de "discuter ensemble de manière sinodale, sincère et approfondie sur la façon d'affronter ce mal qui afflige l'Eglise et l'Humanité", distribuant des lignes guides orientant les débats.

"J'espère que cette réunion sera vue comme un tournant, pas une fin de partie", avait formulé avant la rencontre le cardinal américain Blase Cupich, homme de confiance du pape aux Etats-Unis et l'un des quatre organisateurs choisis.