DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hand: Guigou rebondit à Nîmes

Taille du texte Aa Aa

C'est la fin d'une longue histoire d'amour de 20 ans: à partir de l'été 2019, Michaël Guigou, ailier emblématique de l'équipe de France de handball, ne portera plus le maillot de Montpellier mais celui de Nîmes, et ce pour deux saisons.

Cette prolongation jusqu'en juin 2021 permet à Guigou, 37 ans et l'un des Bleus les plus capés en sélection, de postuler à une place pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020 en cas de qualification des Français. Il disputerait ainsi ses cinquièmes JO, pour viser un troisième titre sous les anneaux après Pékin-2008 et Londres-2012.

Le divorce entre le MHB et Michaël Guigou se profilait, lorsqu'en janvier, en plein Mondial en Allemagne auquel l'ailier gauche participait, le club héraultais avait annoncé qu'il ne prolongerait pas Guigou comme joueur pour une saison supplémentaire.

L'homme-clé du MHB, Patrice Canayer, avait invoqué des "contraintes budgétaires", et le club proposait à Guigou de rester avec un poste d'entraîneur des jeunes à l'académie.

Guigou avait lancé il y a deux semaines une virulente charge contre ses dirigeants, voyant dans leur refus de le prolonger une "injustice" et une "attitude affligeante, voire pathétique à l'égard des anciens qui ont contribué au destin du club".

Cette rupture est désormais actée, avec la signature chez le voisin gardois Nîmes, où il pourra jouer et s'entraîner sans déménager puisque les deux villes ne sont séparées que d'une cinquantaine de kilomètres.

- "Expert" en bleu -

"Ce vendredi 22 janvier restera un jour historique dans l'histoire du club qui enregistre l'arrivée d'un des meilleurs joueurs de l'histoire du handball", s'est enthousiasmé l'Usam dans le communiqué qui officialise l'arrivée de Guigou.

"Avec son expérience au plus niveau, Michaël Guigou sera un atout incontournable pour le collectif de Franck Maurice. Il aura à cœur de transmettre son savoir auprès de notre collectif jeune et prometteur", a souligné l'actuel quatrième de Starligue, derrière les trois cadors Paris, Nantes et Montpellier.

En recrutant le Provençal d'Apt, arrivé à Montpellier en 1999, Nîmes voit en effet l'un des plus grands joueurs du handball français rejoindre ses rangs.

Quatre ans seulement après la signature de son contrat pro, l'ailier gauche remporte la Ligue des champions en 2003, une première pour un club français, au sein d'une équipe où figure notamment la future star Nikola Karabatic.

Mais si Karabatic a connu les Championnats allemand (Kiel) et espagnol (Barcelone) en plus de la France, Guigou s'est montré d'une remarquable et rare fidélité à son club formateur. Fidélité récompensée en juin 2018 par une deuxième Ligue des champions.

Il revêtira une dernière fois le maillot de MHB le 5 juin prochain, au palais des sports René Bougnol contre Pontault pour la dernière journée de Starligue. Avant de rejoindre le Gard, il essaiera de porter le plus loin possible Montpellier en Ligue des champions, ce qui passe par un exploit dimanche contre Barcelone.

Sous le maillot de la sélection, Guigou a été avec le gardien Thierry Omeyer, l'arrière Daniel Narcisse ou encore le demi-centre Nikola Karabatic, l'un des éléments de base des exploits des Experts.

Champion olympique en 2008 et 2012, il compte en plus quatre titres mondiaux (2009, 2011, 2015, 2017) et trois titres européens (2006, 2010, 2014), pour l'une des plus belles épopées au long court dans les sports collectifs.

Pour voir le Japon à l'été 2020, il devra passer par un tournoi de qualification au printemps 2020, à moins de remporter en janvier 2020 un quatrième titre européen, synonyme de qualification olympique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.